Prix du lait : les éleveurs poursuivent leurs actions contre Lactalis

Société
Après l'échec de deux sessions de négociations, Lactalis a annoncé la tenue d'une nouvelle réunion avec les représentants des éleveurs, ce mardi matin à Laval. En attendant qu'un accord soit trouvé, les producteurs ont décidé de poursuivre leurs actions partout en France.

"Notre métier a un prix". Tel est l’argument de la  FNSEA, premier syndicat agricole, qui tente depuis une semaine de s’accorder avec Lactalis sur le prix du lait. Après l’échec des deux premières sessions de négociations, les producteurs laitiers ont décidé de poursuivre leurs actions devant des sites de Lactalis (qui détient notamment les marques Lactel, Bridel ou Président), ainsi que dans plusieurs supermarchés pour faire monter la pression sur le géant laitier. 


"Toutes les régions sont mobilisées" et le mouvement ne s’arrêtera que lorsque les discussions aboutiront à un accord, a prévenu le secrétaire général de la FNSEA Dominique Barrau. Silencieux depuis ce vendredi, le leader mondial a annoncé pour sa part la reprise des négociations avec les représentants des éleveurs, lors d’une nouvelle réunion qui se tiendra ce mardi matin à la préfecture de Mayenne à Laval. Celle-ci fait suite au refus des producteurs, de fixer le prix du lait à 271 euros les 1000 litres. Un geste perçu comme insuffisant pour les éleveurs. 

Les actions continuent partout en France

En attendant qu'une issue favorable soit trouvée, les producteurs ont multiplié les protestations dans la soirée de ce lundi, telles que l'"action coup de poing" menée dans le Cantal, à Riom-ès-Montagnes, où une quarantaine d'agriculteurs ont déversé du fumier afin d'empêcher la sortie des camions de marchandises d'une usine Lactalis. A Condat, toujours dans le Cantal, la FDSEA a demandé aux supermarchés de retirer de leurs rayons les produits Lactalis, promettant des "contrôles" en milieu de semaine. 

Dans le Maine-et-Loire, environ 80 producteurs ont bloqué l'accès du site Lactalis de Saint-Florent-le-Vieil à l'aide de tracteurs et déployé des banderoles proclamant "Lactalis voleur" et "Fini de bosser pour rien". Dans la Manche, des militants FDSEA et JA ont bloqué, en fin d'après-midi, le site Lactalis de Sainte-Cécile, ralentissant le passage des poids lourds après la visite d'un huissier. "On ne va pas s'en aller avant que ça sorte de négo avec un accord", a assuré Jean-Michel Hamel, secrétaire général de la FDSEA de la Manche.


Dans plusieurs départements dont le Morbihan, des actions ont aussi ciblé des grandes surfaces : tous les produits Lactalis ont parfois été retirés des rayons. Dans le Nord, une soixantaine de producteurs ont manifesté leur mécontentement devant le site Lactalis de Cuincy, près de Douai. "On a mis symboliquement de la paille devant l'entrée pour montrer qu'ils nous mettent sur la paille [...] Il y a le risque que toute la filière laitière françaises disparaisse", a déclaré Serge Capron, président des producteurs de lait du Pas-de-Calais.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Les enjeux de la crise du lait

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter