Prix, remboursement, efficacité : sept questions sur les autotests en vente libre à partir de ce lundi

Prix, remboursement, efficacité : sept questions sur les autotests en vente libre à partir de ce lundi

MODE D'EMPLOI - Les autotests de diagnostic du Covid-19 seront disponibles en pharmacie à partir de ce lundi 12 avril. Attention, il y en aura peu dans les tous premiers jours de la semaine, l'Etat ayant préempté les premiers lots.

La France se dote d’un nouvel arsenal dans la lutte contre le Covid-19 : les tests à la maison. Le ministère de la Santé a donné son accord pour le déploiement des autotests par prélèvement nasal dans les pharmacies à compter du 12 avril. L’objectif ? Permettre un isolement plus rapide des malades. En effet, il faut en général compter deux jours entre les premiers symptômes et le moment où l'on se fait tester en laboratoire, auxquels s’ajoutent 24 à 48 heures pour avoir le résultat. Or, c’est justement pendant ce laps de temps qu'un patient est le plus contagieux et qu'il doit s’isoler. 

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières infos sur l'épidémieA quel stade en est l'épidémie, département par département ?

Comment ça fonctionne ?

L’autotest par prélèvement nasal est un test antigénique. Seule différence, son mode de prélèvement : il suffit d’insérer l’écouvillon à une profondeur de 4 centimètres, ce qui le rend ainsi beaucoup moins désagréable que le prélèvement nasopharyngé pour les tests virologiques RT-PCR qui sont plus profonds. Grâce à l’ajout d’un réactif, on obtient le résultat au bout de 15 à 20 minutes, un peu comme un test de grossesse.

Certains modèles, à l’instar du kit développé par l’entreprise française Biospeedia, proposent en plus un second écouvillon à insérer cette fois au fond de la joue, afin d’y prélever de la salive. "Le fait de combiner du nasale et du salivaire permet d’avoir une charge virale équivalente à un test nasopharyngé, et donc une fiabilité plus importante", assure Julien Tizot, directeur général de Biospeedia.

Attention, pour être efficace, le prélèvement doit être fait en respectant bien la profondeur de 4 cm dans le nez et dans les deux narines. Humecter l'écouvillon au bord d'une seule narine n'aura aucune efficacité.

Un "QR Code" pour mieux tracer ?

Un QR code, qui permettra d’afficher le résultat du test dans une application, est également prévu pour certains kits qui seront mis en vente. De quoi assurer la traçabilité et le suivi des malades. "Il est tout à fait envisageable que l’Assurance maladie puisse détecter, isoler et contrôler les personnes positives. Et à l’inverse, les personnes négatives pourraient avoir la liberté, entre guillemets, d’aller au restaurant, dans une salle de cinéma ou bien encore de traverser une frontière", estime Julien Tizot. 

Est-il aussi fiable qu'un test PCR ?

À en croire une étude de l’autorité sanitaire allemande, l’Institut Robert-Koch, l’efficacité globalement des autotests s’établit à 71,7% (contre 98% pour un test nasopharyngé). Du côté des fabricants, on se veut un peu plus optimiste : le laboratoire Roche annonce pour sa part une efficacité de l’ordre de 82,5%. Le taux grimpe même à 91,2% pour des échantillons présentant une charge virale élevée. En France, avant d'être autorisé par l’Agence des médicaments (ANSM) et le ministère de la Santé, un test antigénique doit afficher une efficacité supérieure ou égale à 80%.

Faudra-t-il faire un 2e test ?

Oui. En cas d'autotest positif, il sera nécessaire d'effectuer un test PCR pour confirmer votre positivité éventuelle au Covid-19. Objectif : "Vérifier s'il y a un variant,  mais aussi pour conserver un outil de suivi", explique Olivier Véran. 

Lire aussi

Combien ça coûte ?

Ces autotests ne seront vendus qu'en pharmacie car il s'agit , selon la loi française, de produits de santé. Leur prix est régulé et a été fixé à 6 euros par test à compter du 12 avril puis 5,20 euros à partir du 15 mai. C'est sensiblement le même prix que chez nos voisins qui l'ont déjà commercialisés. comme l'Allemagne, en Autriche, au Royaume-Uni ou encore en Suisse. Outre-Rhin,  le lot de cinq est ainsi vendu 24,99 euros chez Aldi, soit environ 5 euros par autotest.  

Ces autotests sont-ils remboursés ?

Pour l'heure, les autotests ne sont pas remboursés par la sécurité sociale sauf dans le cas des aide soignants, dans la limite de deux autotests par semaine. Les autotests seront délivrés gratuitement, sur justificatif, aux salariés à domicile intervenant auprès de personnes âgées ou en situation de handicap, ainsi qu'aux accueillants familiaux accompagnant ces personnes.

Les autotests vont-ils être distribués dans les écoles ?

Les autotests ne seront disponibles qu'en pharmacie au grand dam des représentants des grandes surfaces qui auraient souhaité les commercialiser. Mais inutile de vous rendre à la première heure ce lundi matin dans votre officine. La plupart des premiers lots importés en France ont en effet été préemptés par l'Etat afin de fournir les établissements scolaires.  Des autotests seront ainsi distribués aux enseignants d'ici la fin du mois puis aux élèves de plus de 15 ans à partir du 3 mai. Ils "vont être rapidement mis à disposition dans les établissements  scolaires", explique le ministère de la santé, disant envisager "d'aller jusqu'à deux tests par semaine par élève et par enseignant".

Écoutez "Les partis pris" de l'émission 24H Pujadas

Découvrez ce podcast sur votre plateforme d'écoute préférée : 

Sur APPLE PODCAST 

Sur DEEZER 

Sur SPOTIFY 

Chaque jour, 24H Pujadas analyse l’actualité et le monde qui nous entoure. "Les Partis Pris" s’articule autour de plusieurs éditorialistes pour donner chacun dans leurs domaines de prédilections, leurs points de vue sur des sujets du moment.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : Macron appelle les Anglos-Saxons à arrêter de "bloquer" les exportations de vaccin

"Je n'avais jamais subi une telle violence" : le maire de Nice Christian Estrosi annonce qu'il quitte Les Républicains

EN DIRECT - Procès Lelandais : "J'ai dit ce qui s'est passé", conclut l'ancien maître-chien

Covid-19 : voisin de l'Inde, le Népal pourrait faire face à une situation encore plus incontrôlable

Féminicide à Mérignac : "Ça s'est joué à une seconde", témoigne un voisin qui a tenté de s'interposer

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.