Problèmes sur le RER A : "Il y a une vraie faillite du système"

SOCIÉTÉ
TRANSPORT - Le RER A est régulièrement victime de soucis techniques. Dernier en date : l’incendie qui vendredi a détruit des câble et entraîné de gros problèmes de circulation. "Le collectif des usagers du RER A", qui s’active depuis trois ans pour dénoncer les dysfonctionnements du réseau, compte présenter ses candidats aux régionales.

"Ils avaient annoncé un trafic normal, c’était un désastre." Jean-Louis Roura a encore passé une sale matinée ce mardi. En cause, un incendie déclenché vendredi sur le RER A, qui a occasionné quatre jours d’importantes perturbations. Le trafic a été rétabli mardi matin. Non sans soucis. "Aux heures de pointe, on a eu des trains au ralenti, des trains supprimés, des trains en retard. Tout y était", raconte à metronews le porte parole du "collectif des usagers du RER A". "Hier (lundi), les gens s’étaient un peu organisés. Ce matin, on leur a dit que ça allait, ils ne se sont pas méfié. C’est lamentable." Bilan pour lui, deux heures de transport lundi soir, 1h30 ce mardi matin, contre… 45 minutes "quand ça va à peu près bien".

Jean-Louis Roura reconnaît que l’ incident de ces quatre derniers jours est "un peu sévère". Mais les usagers du RER A sont habitués à vivre les ralentissements au quotidien. "Il y a une vétusté incroyable du réseau, des installations. Rien n’est entretenu, aucun investissement n’est fait", déplore le banquier d'une quarantaine d'années. "Alors tous les jours il y a des petits problèmes, des pannes de signalisation. Faut-il rappeler la catastrophe de Brétigny en 2013, qui a fait sept morts ?"

"M. Huchon a sa voiture avec chauffeur, il n'a aucune considération pour nous"

Il y a trois ans, Jean-Louis Roura a lancé un "collectif des usagers du RER A". Le déclencheur ? Tout bête : "Un matin en gare de Houilles-Carrières, j’ai attendu mon RER pendant 40 minutes. Quand il est arrivé, je n’ai pas pu monter. Le soir, on nous a débarqués à la Défense, on devait se débrouiller pour rentrer chez nous. Ce n’est pas acceptable." Pendant ces années, le collectif et sa cinquantaine de membres enchaînent actions symboliques (envoi de boites de sardines à Jean-Paul Huchon, président de la Région), tractage, mais aussi actions de groupe devant la Commission européenne, pour dénoncer les dysfonctionnements récurrents de cette ligne la plus fréquentée de France. En face, c'est la sourde oreille.

"Même quand on a envoyé une pétition, pour remettre l’usager au centre des transports à M. Huchon, au ministère des Transports, au préfet. Ils n’ont jamais accusé réception", souffle Jean-Louis Roura. Par-dessus tout il déplore "le manque d’écoute" du Stif, structure chargée des transports en Ile-de-France. "Il y a une véritable arrogance, un mépris du voyageur qui est extraordinaire. On a exposé nos problèmes une fois, on attend un calendrier et des actions précises, et il n’y a rien. Ça fait trois ans qu’on tourne en rond." Pour lui, la situation est critique : "On est dans une vraie situation de faillite, et les politiques ne sont pas conscients du problème. M. Huchon a sa voiture avec chauffeur, M. Pepy le patron de la SNCF ne pense qu’aux TGV et à ses boutiques dans les gares… Il n’y a aucune considération pour nous."

Alors la meilleure façon est de monter au front. Le collectif du RER A a monté, avec SOS Usagers , une liste de candidats pour les élections régionales. "C’est très sérieux, nous voulons avoir des usagers élus au Conseil régional (en charge de la politique des Transports), pour dire que les solutions préconisées par les élus ne nous vont pas : on n’est pas hostile aux grands projets comme le Grand Paris express. Mais ce qui nous intéresse, ce n’est pas 2030. C’est que demain matin, tout le monde ait son train et arrive à l’heure au bureau ou à la crèche. Avant d’agrandir, il faut mettre le paquet sur le réseau existant." En septembre, la Liste des Usagers, emmenée par Jean-Claude Delarue, président de SOS usagers et tête de liste, et par Jean-Louis Roura, a rejoint celle de Nicolas Dupont-Aignan (Debout la France). "Nous restons apolitiques et citoyens", prévient Jean-Louis Roura. "Nous avons été très courtisés par tous les partis. Il est le seul candidat qui partage nos vues et nous a permis de garder sa liberté, tout en unissant nos listes. Nos élus seront indépendants de tout parti, et représenteront les voyageurs de la région."

> Le blog de la Liste des Usagers pour les Régionales
> La page Facebook du collectif des Usagers du RER A

A LIRE AUSSI
>> RER A : "Koh Lanta", "hordes de zombies" : le RER A toujours bloqué, les internautes inspirés

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter