Procès Alain Penin : l'accusé comparé à Michel Fourniret

Procès Alain Penin : l'accusé comparé à Michel Fourniret

Société
DirectLCI
JUSTICE - Au troisième jour du procès d'Alain Penin devant la cour d'assises du Nord, le psychiatre qui a expertisé dans sa carrière Francis Heaulme et Michel Fourniret a expliqué mercredi que la personnalité de l'accusé se rapprochait de celle d'un tueur en série.

Une analyse qui fait "froid dans le dos", de l'aveu même de la présidente de la cour d'assises du Nord. Au troisième jour du procès d'Alain Penin , meurtrier présumé de Natacha Mougel en 2010, le docteur Jean-Luc Ployé a été appelé à la barre mercredi. "Il a une personnalité qui pourrait ressembler à celle de Michel Fourniret. On est dans ce registre-là", a assuré le psychiatre qui avait également expertisé au cours de sa carrière "le monstre des Ardennes" ainsi que Francis Heaulme. Alain Penin "est un chasseur, un prédateur. Il repère un territoire où il y a des proies", a-t-il développé.

Un témoignage qui vient conforter celui de deux jeunes femmes également entendues mercredi après-midi. Elles aussi ont croisé la route d'Alain Penin cet été 2010 alors qu'elles faisaient un jogging. Il rôdait à l'endroit où a été retrouvé le corps mutilé de Natacha Mougel. "C'est comme si elle avait été attaquée par une bête féroce", avait expliqué mardi l'inspecteur de police ayant fait la sordide découverte.

"Tueur organisé"

Pour l'expert psychiatre, qui a rencontré Alain Penin à la prison de Sequedin en mars 2011, soit six mois après le meurtre de Natacha , l'homme de 42 ans est un "tueur organisé". "Après (le meurtre), il a repris la route, puis il est revenu pour effacer les traces. On ne peut absolument pas parler en ce qui le concerne d’état second, de violence qui amène la violence", a poursuivi Jean-Luc Ployé, en concluant : "Je ne peux pas dire ce qu'il fera dans 15 ans mais je considère sa dangerosité criminelle extrêmement importante, encore agissante, et je suis extrêmement réservé quant à ses capacités de réinsertion".

Un peu plus tôt, un autre expert s'était montré plus réservé quant au terme "tueur en série". Ils "ont une plus grande organisation et une plus grande capacité à ne pas se faire appréhender", a estimé le docteur Zagury. Néanmoins, Alain Penin n'est pas, selon lui, "un malade mental psychotique". "Son discernement n’a été ni aboli ni altéré. Il a son libre arbitre." Verdict pour le spécialiste : "sa responsabilité pénale est entière".

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter