Procès André Hazout : "Il m'a embrassée sur le front pour me rassurer"

Procès André Hazout : "Il m'a embrassée sur le front pour me rassurer"

DirectLCI
JUSTICE - Plusieurs anciennes patientes du gynécologue à la renommée internationale sont venues témoigner mercredi, devant les Assises de Paris, du professionnalisme du praticien. Toutes le décrivent comme leur sauveur, celui qui leur a permis de devenir enfin mère.

Lui minimise sa réputation de réussite. Elles l'encensent, voyant en lui celui qui est parvenu à leur faire avoir un enfant. Mercredi, plusieurs patientes d'André Hazout, citées par la défense à son procès pour viols , ont décrit mercredi devant les assises de Paris un gynécologue brillant et à l'écoute. Qui avait réussi là où les autres avaient échoué avec elles.

"Je lui serai reconnaissante toute ma vie"

A la barre, Sophie revient sur son douloureux parcours : elle a atterri dans le cabinet du Dr Hazout "après avoir essayé vainement d'avoir un bébé pendant huit ans". Cinq FIV, 20 anesthésies générales, 12 hystéroscopies, sans compter les piqûres d'hormones et les prises de sang quotidiennes, raconte-t-elle, encore émue. "Il m'a dit : 'Qu'attendez-vous de moi' ?", se souvient-elle. "J'ai répondu : 'Un miracle, docteur'".

Au bout de deux FIV avec le Dr Hazout, c'est chose faite puisque l'avocate tombe enceinte. "Je lui serai reconnaissante toute ma vie", explique l'ancienne patiente, qui assure que le gynécologue n'a jamais eu de geste déplacé à son encontre. Elle qui pourtant, de son propre aveu, était dans un état de fragilité extrême.

Un bisou sur le front

Même son de cloche du côté de Juliette, commissaire aux comptes de profession, qui est parvenue à avoir deux enfants grâce au praticien, dont elle encense "la réputation de succès". Elle se souvient que le Dr Hazout l'a rapidement tutoyée, complimentée pour sa beauté et lui faisait la bise. Pour autant, martèle-t-elle à la barre, elle n'a "jamais eu le sentiment" qu'il la "draguait". Une amie lui avait parlé de lui comme "d'un sacré loulou qui aimait bien les femmes" mais, poursuit-elle, "j'étais plus sensible aux témoignages vantant ses qualités professionnelles".

Un troisième témoignage abonde une nouvelle fois dans ce sens. Celui d'Hélène, médecin et maman d'une petite fille née sous FIV grâce au docteur Hazout. "C'était un homme chaleureux, très humain", se souvient-elle. Avant d'expliquer qu'une fois, "il m'a embrassée sur le front". Mais rien de plus normal, selon cette ancienne patiente, qui avance ses arguments : "C'était avant une opération, j'étais stressée, c'était paternel, rassurant". Mardi, déjà, son ex-femme était venue raconter à la barre qu'André Hazout était un homme "doux, pas violent" , se refusant à croire qu'il puisse être un violeur.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter