Procès d'Alain Delannoy : itinéraire d'un bourreau

Procès d'Alain Delannoy : itinéraire d'un bourreau

DirectLCI
JUSTICE - Le procès d'Alain Delannoy, accusé du meurtre sordide en 2012 de Gala Mulard, une lycéenne de 19 ans, s'est ouvert mardi devant les assises de Haute-Loire. La cour est revenue sur le parcours chaotique de ce père de famille.

C'est le récit d'une longue agonie qui est déroulé devant la cour d'assises de Haute-Loire. Celle de Gala Mulard, 19 ans, enlevée, séquestrée, violée et tuée le 26 mars 2012 et dont le bourreau présumé, Alain Delannoy, 39 ans, est jugé depuis mardi au Puy-en-Velay.

Avant d'aborder la longue nuit en enfer de la victime, la cour est revenue sur l'enfance de l'accusé, marquée par la main trop lourde d'un père également soupçonné d'inceste sur toute la fratrie. Initié dès sa jeunesse à l'alcool et aux drogues dures, Alain Delannoy semble renouer avec une vie stable après sa rencontre avec celle qui deviendra sa femme. Il trouve un travail, arrête de consommer et devient père de deux garçons, aujourd'hui âgé de 13 et 15 ans. Mais les anciens démons refont surface après la séparation du couple. "Je n'en ai plus beaucoup de bonnes, des qualités. Mais j'ai essayé d'être sérieux. On pouvait compter sur moi, et j'étais pas un méchant garçon", a balbutié Alain Delannoy à la barre entre deux sanglots. Cet homme décrit par ses proches comme "poli et courtois" a pourtant basculé dans l'horreur un soir de mars 2012.

Vingt heures de sévices

Après une fête arrosée, il raccompagne chez elle une lycéenne, rencontrée quelques jours plus tôt. Gala Mulard, originaire des Yvelines, est scolarisée au lycée agricole d'Yssingeaux où elle loue un appartement. Il reconnaîtra l'avoir enlevée puis lui avoir injecté un cocktail de médicaments et de drogues pour "ne pas la faire souffrir" pendant qu'il la violait. Puis il racontera aux enquêteurs comment, pris de panique devant les convulsions de la jeune femme, il l'a tuée "pour cacher sa folie" après 20 heures de sévices.

Sur ses indications, le corps de Gala Mulard sera retrouvé enterré dans un bois. L'autopsie a depuis montré qu'elle a succombé à une intoxication aux médicaments, rendue fatale par les liens qui l'asphyxiaient et par un choc crânien. Son agresseur lui a en effet cassé une bouteille sur la tête, avant de nettoyer la plaie pour lui faire un bandage. Faute de débat sur des faits non contestés par Alain Delannoy, qui encourt la réclusion à perpétuité, l'enjeu du procès est de comprendre un tel déchaînement de violences. Les expertises psychiatriques devraient suivre. Le verdict est attendu vendredi.

Plus d'articles

Lire et commenter