Protections hygiéniques : la "taxe tampon" réduite à 5,5%, c'est voté !

Protections hygiéniques : la "taxe tampon" réduite à 5,5%, c'est voté !

FEMMES - Les députés ont voté vendredi la réduction à 5,5%, contre 20% actuellement, du taux de TVA appliqué aux protections hygiéniques féminines. Le gouvernement, qui refusait jusqu'ici cette baisse, ne s'y oppose plus.

Les opposants à la "taxe tampon" ont finalement obtenu gain de cause. Les députés, qui votent vendredi sur la version finale du projet de budget 2016, ont adopté l'amendement instaurant la baisse à 5,5%, contre 20% actuellement, du taux de TVA appliqué aux protections hygiéniques féminines (celles pour les personnes âgées sont aussi concernées). Une mesure que le gouvernement, qui y était initialement opposé, laissera passer. "Le Parlement souhaite baisser ce taux, le gouvernement ne s'y opposera pas", avait déclaré plus tôt dans la matinée le Premier ministre, Manuel Valls, évoquant sur France Inter "une mesure de bon sens".

Une mesure évaluée à "50 millions d'euros" par le secrétaire d'Etat au Budget

Les opposants à la taxe tampon, emmenés par le collectif Georgette Sand , font valoir que les serviettes et tampons périodiques doivent être considérés comme des produits de première nécessité, les femmes ne pouvant s'en passer, et donc se voir appliquer le même taux de TVA que l'eau ou les préservatifs. Mais jusqu'ici, le gouvernement refusait fermement de satisfaire leur revendication.

À LIRE AUSSI
>>
Paris : coup de sang contre la taxe tampon
>>
Tampons hygiéniques trop taxés : et si on lançait le débat en France ?

Le secrétaire d'Etat au budget, Christian Eckert, qui s'est attiré les foudres des féministes en déclarant que "les produits d’hygiène ne sont pas exactement des produits de première nécessité", avait notamment fait valoir dans L'Opinion que "des règles communautaires interdisent de mettre des taux réduits sur n’importe quel produit", et que le coût d'une telle mesure serait de "50 millions d'euros". Il disait également craindre que les revendications de baisse de TVA ne se multiplient si celle-ci était satisfaite : "A chaque budget, c’est l’allée des marronniers, assurait-il. Si j’ouvre la porte sur un sujet, je prends ensuite tous les autres en rafale". Il a dû revoir sa position.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : Jean Castex et Olivier Véran donneront une conférence de presse à 19h

Présidentielle 2022 : blessé au poignet en début de meeting, Éric Zemmour porte plainte

Un vaccin qui "n'empêche pas la transmission", est-ce vraiment "du jamais-vu depuis Pasteur" ?

Télétravail, vaccination des enfants... Ce qui pourrait être annoncé à l'issue du Conseil de défense lundi

Covid-19 : vacances de Noël avancées dans les écoles et rassemblements limités... la Belgique sur le qui-vive

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.