"Je suis forte, je suis belle" : la mannequin noire de la pub Dove jugée raciste défend la marque

"Je suis forte, je suis belle" : la mannequin noire de la pub Dove jugée raciste défend la marque

POLEMIQUE - Dans une tribune publiée ce mardi, Lola Ogunyemi, mannequin noire figurant dans une publicité de Dove accusée d'être raciste, défend la marque, et estime que les images diffusées sur internet ont été tronquées.

"Je suis la femme dans la pseudo pub raciste de Dove. Je ne suis pas une victime". Lola Ogunyemi est la mannequin noire de la publicité de Dove. Son visage au grand sourire a fait le tour des réseaux sociaux. 

Car depuis quelques jours, la marque de produits d’hygiène se retrouve au cœur d'une polémique à cause de sa dernière publicité, dans laquelle figure Lola Ogunyemi. Une photo postée sur les réseaux sociaux a en effet circulé, montrant une femme noire enlevant son t-shirt et devenant blanche. De quoi provoquer un vent de réactions auprès des internautes, criant au racisme.

Lire aussi

Le buzz a été tel que Dove a été contraint de s’excuser lundi.

Si vous tapez dans Google "publicité raciste", c’est mon visage qui apparaît en premier- Lola Ogunyemi

Mais la figurante noire en question, Lola Ogunyemi, a décidé de prendre la parole dans une tribune publiée sur le Guardian. Et elle l’affirme : elle est une jeune femme engagée et non, cette publicité n’est pas raciste. Dans son long billet, Lola Ogunyemi explique d'abord les raisons qui l'ont poussé à accepter ce clip : "Depuis mon plus jeune âge, on me dit : 'Tu es si belle ... pour une fille de peau noire.'" Je suis une Nigérienne, née à Londres et élevée à Atlanta. J'ai grandi très consciente de la vision de la société selon laquelle les personnes à la peau noire, en particulier les femmes, seraient mieux dans leur corps si leur peau était plus claire", raconte-t-elle. 

Pas naïve : "Je sais que l'industrie de la beauté a alimenté cette opinion avec sa longue histoire de présenter des modèles plus clairs, mixtes ou blancs comme standard de beauté". Mais quand Dove l’a contactée pour être le visage d'une nouvelle campagne de lavage corporel, elle a sauté sur l’occasion. Sans penser une seconde qu’elle allait devenir le visage d’une publicité estampillée raciste. "Avoir l'occasion de représenter mes sœurs à peau foncée dans une marque de beauté mondiale me semblait être le moyen idéal pour rappeler au monde que nous sommes ici, que nous sommes beaux et, plus important encore, que nous sommes appréciés", écrit Lola Ogunyemi. 

Et un matin, elle reçoit le message d’un ami, demandant si c’était bien elle, le visage de la publicité décriée. Elle va sur Internet, et constate l’étendue des dégâts. "Si vous tapez dans Google "publicité raciste", c’est mon visage qui apparaît en premier. Des appels au boycott ont été lancés contre les produits Dove, et des amis du monde entier me consultaient pour voir si j'étais d’accord. J'ai été submergée par la controverse autour de cette publicité."

Les instantanés qui circulent sur le web ont été mal interprétés- Lola Ogunyemi

Mais Lola Ogunyemi l’assure : "Si j'avais eu le moindre doute, j’aurais dit non. Cependant, l'expérience que j'ai eue avec l'équipe de Dove était positive. J'ai passé un moment incroyable sur le tournage. Toutes les femmes ont compris le concept : utiliser nos différences pour souligner le fait que toute la peau mérite la douceur."

Elle raconte que la première publicité sur Facebook consistait en un clip vidéo de 13 secondes "avec moi, une femme blanche et une femme asiatique enlevant nos têtes nues et changeant les unes dans les autres. Je l'ai aimé. Mes amis et ma famille ont adoré. Les gens m'ont félicité d'être la première à apparaître, d'avoir l'air fabuleuse et de représenter les filles noires. J'étais fière."  La publicité télévisée complète de 30 secondes a été diffusée aux États-Unis et Lola Ogunyemi était "à nouveau sur la lune" : "Nous étions sept dans la version complète, des races et des âges différents. Encore une fois, j'étais le premier modèle à apparaître dans l'annonce. J'ai adoré, et tout le monde autour de moi aussi." 

C'est sur internet que tout a dérapé. Lola Ogunyemi appelle justement à la clairvoyance et au sens de la mesure : "Je peux voir comment les instantanés qui circulent sur le web ont été mal interprétés", estime-t-elle. "Le récit a été écrit sans donner aux consommateurs le contexte sur lequel fonder une opinion éclairée."

La publicité a été tronquée

Lundi après-midi, Marianne est en effet l’un des premiers médias à faire remarquer que la publicité initiale a été tronquée, et que le montage devenu viral n’est pas la publicité de Dove. A l'origine, la publicité était une vidéo postée sur Facebook et qui montrait trois femmes, noire, rousse, brune à la peau mat, retirant chacune à leur tour un t-shirt. Le message est plutôt clair : Dove est bon pour toutes les peaux. Sauf que comme le note Marianne, "le hic, c'est que la pub démarre avec la femme noire. Une lecture rapide - et peut-être de mauvaise foi - pouvant laisser penser qu'elle se transforme en femme blanche. Absurde : elle ne se transforme pas, pas plus que la suivante - rousse - ne se transforme ensuite en brune."  

Pourtant, une maquilleuse américaine suivie par 60.000 personnes sur Facebook réalise le photomontage qui devient viral, et le diffuse sur sa page Facebook. Dove tente de lui expliquer sa position, comme le montre la capture d'écran réalisée par la maquilleuse, mais le mal est fait. Et devant le buzz, Dove renonce à faire entendre sa position et présente ses plates excuses. 

Même si elle approuve les excuses de Dove, Lola Ogunyemi estime qu’ils "auraient pu également défendre leur vision créative et leur choix de m'inclure, une femme noire sans équivoque, à la peau noire. Je ne suis pas juste une victime silencieuse d'une campagne de beauté erronée. Je suis forte, je suis belle et je ne serai pas effacée."

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Masques chirurgicaux : pourquoi il ne faut pas s'en débarrasser

"Ma femme est sénégalaise, je n’ai pas de leçons à recevoir" : l’humoriste Philippe Chevallier défend son vote pour Marine Le Pen

Covid-19 : hospitalisations, taux d'incidence... faut-il s'inquiéter du léger rebond des indicateurs ?

Relations Russie-Otan très tendues : que se passe-t-il entre Moscou et l'Alliance atlantique ?

EN DIRECT - Covid : Londres "surveille de très près" un sous-variant du Delta

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.