Lutte "contre la négrophobie", actions coup de poing... Qu'est-ce que la Ligue de défense noire africaine ?

La mairie et des élus de la commune de Val-de-Reuil ont été pris pour cible avant-hier. Le tout sur fonds de tension entre communautés de la même ville.

DÉCRYPTAGE - Gérald Darmanin a annoncé lundi avoir lancé "la procédure engageant la dissolution de la Ligue de défense noire africaine", la qualifiant au passage de "structure raciste". LCI fait le point sur cette association au cœur de la polémique.

Le couperet a fini par tomber. Dans le viseur de plusieurs élus de la République - notamment de droite - ces derniers jours, la Ligue de défense noire africaine va être prochainement dissoute. "J'ai décidé de lancer la procédure engageant la dissolution" de l'association, a indiqué lundi sur Twitter Gérald Darmanin. "Les discours de cette structure raciste appellent à la haine et à la discrimination. Ses actions causent des troubles à l'ordre public, comme ce week-end à Val-de-Reuil", a encore expliqué le ministre de l'Intérieur.

Plus tôt dans la journée, Éric Ciotti (LR) avait appelé de ses vœux une telle décision, estimant qu'une "nouvelle étape intolérable dans la violence contre la France et la République" avait été franchie par l'organisation. Cette dernière était également dans le viseur du RN. Mais qu'est-ce que la Ligue de défense noire africaine (LDNA) ?

Créée en 2017 et inscrite au répertoire national des associations, l'association se présente comme un "mouvement contre la négrophobie, racisme, discrimination, néocolonialisme, prônant le respect de la communauté noire". Son fondateur, Sylvain Afoua, plus connu sous le nom d'Egountchi Behanzin, se revendique, lui, "activiste politique, anti-négrophobie, panafricain et révolutionnaire"

Des coups médiatiques...

Cette structure s'est fait connaître par ses positions tranchées, parfois sulfureuses, et ses actions coup de poing. Après plusieurs petits coups médiatiques, en 2019, une cinquantaine de militants de la LDNA empêchent la tenue d'une représentation d'une pièce de théâtre à la Sorbonne dans laquelle les comédiens portent des masques noirs. L'association y voit du racialisme et de la "négrophobie raciale". "On ne peut plus nous représenter de cette manière déshumanisante. Pour jouer des noirs sur scène, il faut prendre des comédiens noirs. Le théâtre doit être représentatif de la société", assène alors Egountchi Behanzin. 

Un mois plus tard, le groupuscule fait de nouveau parler de lui lors d'une mobilisation à la Grande Halle de la Villette (Paris) pour tenter de faire annuler l'exposition Toutânkhamon : le trésor du pharaon. Il soutient que certains souverains de l'Égypte antique étaient de couleur noire."C’est la falsification de l’histoire africaine, le blanchiment de l’histoire, et dans cette dynamique-là, il y a le blanchiment de la civilisation égyptienne", s'emporte le militant Émilien Missuma, cité par Radio Canada. Des accusations que les historiens réfutent. 

... aux sorties sulfureuses

Par la suite, le mouvement prend encore de l'ampleur avec les mobilisations anti-racisme succédant au meurtre de George Floyd aux États-Unis. "La France, c'est-à-dire l'État français, est un État totalitaire, terroriste, esclavagiste, colonialiste ! L'État français exploite son propre peuple, alors vous imaginez ce qu'ils font en Afrique", déclare en juin 2020 le chef de file de la  Ligue de défense noire africaine au cours d'un sit-in devant l'ambassade américaine. 

Mais c'est surtout au début de l'année 2021, en janvier, que la LDNA va choquer l'opinion. Après le décès de deux soldats français au Mali, la ligue affirme "ne pas regretter la mort de ces militaires qui n’auraient pas dû protéger au Mali les intérêts économiques de la bourgeoisie criminelle française menée par Bolloré"

Le ministère de l'Intérieur hausse le ton

Lire aussi

La semaine dernière, l'association s'est de nouveau illustrée lors d'une série d'incidents à Val-de-Reuil, en Normandie. Une cinquantaine de personnes ont fait irruption dans la marie de la commune, samedi. "De manière complètement folle, un groupe qui cherche à faire le buzz a envahi la mairie de manière scandaleuse, a causé le malaise de deux enfants, a terrorisé trois mariages successifs et m'a enfariné, ce qui n'est pas très grave (...), mais ce qui est scandaleux, c'est qu'il s'agit d'une maison de la République, c'est le symbole", a réagi le maire PS de Val-de-Reuil, Marc-Antoine Jamet, sur LCI. 

Le coup d'éclat de trop pour le ministère de l'Intérieur.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Présidentielle 2022 : les militants LR ont préféré le congrès à la primaire pour désigner leur candidat

Pneus hiver ou chaînes obligatoires : voici la carte des départements concernés

Taux d'incidence du Covid-19 : où en est l'épidémie en France ?

Le Covid-19 pourrait altérer la matière grise du cerveau même chez les cas bénins

Élections en Allemagne : le chef de file conservateur Armin Laschet commet une bourde en votant

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.