Qu'est-ce-que le mouvement des V_V, ces antivax qui ciblent les pages Facebook d'institutions et de médias ?

Photos de profil et de couverture d'une militante Vivi italienne, sur Facebook

GUÉRILLA NUMÉRIQUE - Des centaines d'internautes ont mené jeudi des attaques contre les pages Facebook de plusieurs médias, saturant certaines publications de messages insultants, ouvertement anti-vaccins et complotistes. Focus sur cette armée du web.

Des centaines de commentaires anti-vaccin qui affluent, d'un coup, sous les publications. Depuis ce jeudi 15 juillet, la page Facebook de plusieurs médias, dont LCI, est la cible des "V_V ", ou "Vivi". Derrière ce pseudo mystérieux, un mouvement inquiétant qui a fait de la désinformation son cheval de bataille. Alors, comment s'organisent ces soldats d'un nouveau genre ? Que sait-on d'eux ? Nous avons posé ces questions à Thomas Huchon. Auteur et journaliste, il est spécialiste des questions autour du complotisme et interview chaque semaine dans l'émission Anti-complot.

Toute l'info sur

Anti-complot, l'émission

Que sait-on de ce mouvement qui organise des guérillas numériques ? 

Thomas Huchon : Il est originaire d'Italie, où il a débuté il y a un peu plus d'un an, avec le début de la pandémie. Dans la Péninsule, il rassemble plusieurs centaines de personnes, voire un petit millier. En France, ses membres seraient entre 100 et 300, selon les estimations. Leur but est simple : diffuser des contenus opposés aux mesures sanitaires et à la vaccination. Ce mouvement a un double particularité, qui forme un réel paradoxe. Il est extrêmement visible sur les réseaux sociaux, tout en étant un petit groupe complètement secret. Une sorte d'iceberg inversé. Ainsi, la coordination de leur action reste confidentielle, alors que les messages inondent les réseaux sociaux. On les reconnaît uniquement grâce à un symbole très graphique : tous les militants V_V arborent sur leur photo de profil deux fois la lettre V en rouge. Une icône vraisemblablement inspirée du film V for Vendetta, sorti en 2005. 

Lire aussi

Pourquoi visent-ils les pages Facebook ? 

ll faut commencer par comprendre leur stratégie de désinformation afin de répondre à cette question. Pour tenir leur objectif, ces militants sont extrêmement coordonnés, dans une logique militaire. Ils s'organisent sur la cible, et sur le message à diffuser. Pour la cible, les principales victimes sont avant tout des pages Facebook de petites villes, ou de petites institutions qui font la promotion de la vaccination ou de l'organisation de la campagne vaccinale. Ainsi, en mai dernier, ils ont mené une action contre la commune de Ribérac, en Dordogne, qui cherchait des bénévoles pour son centre de vaccination. En moins de deux heures, ils avaient posé plus de 2000 commentaires sur la page d'un peu moins de 4000 âmes. Ensuite, pour leur message, il s'agit d'éléments de langage mis à disposition avant l'attaque. À la manière de militants politiques, ils préparent leurs arguments, avec un certain nombre de textes, de montages photo et de lien avec des contenus, de sorte qu'au moment de l'attaque, ils puissent les diffuser le plus rapidement possible.

 

De quoi avoir un double impact. Leur action donne l'illusion que de nombreuses personnes hétérogènes pensent la même chose sur les vaccins ou la politique sanitaire. Et elle est d'autant plus efficace qu'elle est mis en avant par les algorithmes de Facebook, qui poussent les publications en fonction de leur taux d'engagement. Les V_V savent profiter de la faiblesse de ces réseaux sociaux.

Ils ont l'air de la vérité, mais n'ont que l'art de la désinformation- Thomas Huchon, auteur et spécialiste du complotisme

Des méthodes qui fonctionnent dans la période de crise actuelle, qui a renforcé la peur, les doutes, les questionnements, parfois même légitimes, de la population. Dans ce contexte, les V_V arrivent avec leurs réponses simples, magiques. Ils ont l'air de la vérité, mais n'ont que l'art de la désinformation. Par la manipulation des faits et l'illusion du nombre, ils font tomber les gens dans le panneau.

 

Cette action peut-elle tomber sous le coup de la loi ? 

Oui, d'autant plus qu'il y a un vrai aspect militant, une forme de radicalisation assez importante. Ceux qui veulent rejoindre les rangs doivent passer par une série d'épreuves. Ainsi, l'internaute Complotist Deleter, un informaticien qui s'est infiltré dans ce mouvement, expliquait le 25 juin dernier sur LCI qu'il y avait des codes à respecter, et des épreuves, pour faire partie du groupe. On ne rentre pas chez les V_V comme on rentre à la Poste. Donc on voit bien qu'en plus de l'astroturfing [stratagème de désinformation qui consiste à donner l'impression que des mouvements spontanés et citoyens se créent, NDLR] et de la désinformation, il y a une logique sectaire, une forme d'embrigadement. Ces V_V sont donc à la fois l'illustration et le symptôme d'une société qui ne va pas bien.

En vidéo

TÉMOIGNAGE - Il s'est infiltré chez les antivax

Or, je pense que tout ça tombe sous le coup de la loi, bien évidemment. Mais aujourd'hui on pâtit encore du retard pris sur ces questions. Parce que pendant très longtemps, les autorités pensaient que le virtuel restait virtuel. Que ce qui se passait en ligne n'avait pas d'impact sur le réel. On a donc toujours pas de réponses à ces questions, que ce soit au niveau judiciaire ou politique. Mais les forces de l'ordre et la justice devraient s'intéresser de très près à ces opérations-là. Encore faudrait-il qu'ils comprennent ce qu'ils se passe sous l'iceberg, comment fonctionnent ces messageries, ce que sont le doxxing, l'astroturfing, ainsi que la mécanique des algorithmes. C'est très compliqué d'arrêter le danger potentiel quand on ne sait pas sous quelle forme il se présente. Aujourd'hui, on voit un décalage sidéral entre le poids de la nuisance et la réponse qui lui est apportée. Mais je reste optimiste. J'espère que les attaques menées contre des médias qui ont leur importance, comme LCI, auront l'effet d'un électrochoc sur nos dirigeants.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Macron et Biden promettent de restaurer la "confiance", abîmée par la crise des sous-marins

EN DIRECT - Covid-19 : 59 décès en 24 heures, 1656 patients toujours en soins critiques

Covid-19 : à moins d'un mois de sa mise en place, le déremboursement des tests vire au casse-tête

Crise des sous-marins : la surprenante lettre envoyée par l'Australie à la France

Quatre piétons fauchés par une automobiliste sur les Champs-Élysées, trois en urgence absolue

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.