Quand le maire FN de Cogolin présente en direct sur Facebook la démolition d’un camp de Roms

SOCIÉTÉ
A VOUS LES STUDIOS - Le maire Front national Marc-Etienne Lansade a diffusé sur sa page Facebook une vidéo dans laquelle il se met en scène devant la démolition d'un camp de Roms. L'objectif : clouer le bec à ses opposants Les Républicains, qui "se gaussaient que les Roms étaient venus" sur sa commune.

L’opération com’ est pour le moins atypique. Ce mercredi 13 avril, le maire Front national de Cogolin (Var) Marc-Etienne Lansade a publié sur sa page Facebook la vidéo de la démolition d'un camp de Roms survenue tôt ce matin dans sa commune... présentée par ses soins.

Face caméra, le voilà qui explique, haussant la voix pour couvrir le bruit des bulldozers : "Nous sommes sur ce terrain car nous avons réussi à expulser les Roms qui s'y trouvaient (...) et qui s'étaient installés à la fin de l'année dernière. Aujourd'hui nous procédons à la destruction, et nous allons devoir bien évidemment nous charger de la dépollution de ce terrain qui est dans un état... les mots manquent, je ne peux pas vous dire. Heureusement, pour ceux qui nous regardent, vous n'avez pas l'odeur en plus, je vous assure, à 8h30 du matin, c'est quelque chose d'assez étonnant.(...). Regardez, on est sur mille mètres carré d'immondices, de choses détruites, évidemment pour la plupart volées, j'imagine..."

Un procédé qui laisse perplexe et qui n'est pas sans rappeler une vidéo signée de l'équipe municipale de Robert Ménard dans laquelle, vêtu de son écharpe municipale et encadré par des policiers, il déloge lui-même des familles de réfugiés syriens. Et Marc-Etienne Lansade va même plus loin, en répondant personnellement, parfois de façon provocante, aux commentaires laissés sous la vidéo, qui, en à peine une heure, a déjà été visionnée plus de 1600 fois.

Contacté par metronews, Marc-Etienne Lansade revient sur ce qu'il appelle "une dépollution d'un terrain squatté". Il explique : "Depuis le mois de décembre, la population de Cogolin est malmenée, horripilée par ce camp de Roms, qui arrachent tout, qui volent tout ce qu'ils peuvent voler. J'ai fait appel à un huissier, déposé plainte et c'est le tribunal de grande instance qui m'a donné raison et m'a autorisé à mener cette opération. Je ne suis pas un cow-boy, je fais respecter la loi. "

Mais pourquoi faire de cette démolition matinale une mise en scène aux faux airs d'un sujet de JT ? La réponse, vraisemblablement, est à chercher du côté du règlement de comptes politicien. "J'ai été mis en cause par des élus locaux Les Républicains des communes environnantes, qui se gaussaient en disant que concernant les Roms, le FN ne serait pas plus efficace. Et bien, si, on l'est", se justifie ainsi l'élu local, précisant que deux camps destinés à l'accueil des gens du voyage sont actuellement en construction sur sa commune. Les Roms dont les habitations ont été détruites ce matin, en revanche, ne se sont pas vus proposer de solution de rechange. "Ils peuvent aller où bon leur semble" lance Marc-Etienne Lansade.

A LIRE AUSSI >> Jean-Marie Le Pen condamné aussi pour ses propos sur les Roms

Lire et commenter