Quand les parents sont des modèles au volant, pour le pire

SOCIÉTÉ
SECURITE ROUTIERE - Lourde responsabilité pour les parents au volant. Une fois qu'il revient à leurs enfants de prendre la route, ces derniers reproduisent les comportements constatés sur la banquette arrière. Et par les meilleurs, selon une étude IPSOS pour la Fondation Vinci Autoroutes.

Si il est un usage bien entré dans les moeurs, c'est la ceinture de sécurité. Les jeunes conducteurs la bouclent, puisqu'ils ne sont que 7% à ne pas le faire, selon une étude IPSOS réalisée pour la Fondation Vinci Autoroutes*. Contre 15% de leur parents. Il faut dire que depuis plusieurs années, toutes les voitures font savoir avec force bips et signaux qu’elle n’est pas enclenchée. 


Les jeunes sont beaucoup plus accros au téléphone portable que leurs parents puisque 48 % envoient ou lisent des SMS en conduisant, contre 22% du côté des ainés. Sachant que l'exemplarité du père ou de la mère est centrale : 25% des jeunes conducteurs dont les parents n’attachaient pas la ceinture ne le font pas non plus, 71% de ceux qui envoient des SMS au volant verront leurs enfants le faire également. Des chiffres qui tombent à 4% et 42% quand les parents s’attachaient et lâchaient le téléphone. 

Vitesse, clignotant, feux rouges... parents-enfants même combat

Là où les comportements sont proches, pas toujours de façon positive, c’est du côté du laisser le passage à des piétons ou respect des feux rouges. De la même façon parents et enfants se rejoignent sur la conduite au-delà de la limite d’alcool autorisé (respectivement 19% et 17%) tout comme sur le renoncement à prendre le volant après trop bu (respectivement 68% et 65%). En revanche, les parents avaient beaucoup plus tendance à « oublier » de mettre le clignotant, 72% contre 55% pour les jeunes. 


Le bilan n’est pas favorable côté des limitations de vitesse : à parent fou du volant, enfant fou du volant, à hauteur de 77%. Pas mieux pour ne pas laisser passer les piétons, ne pas mettre son clignotant ou encore griller un stop ou un feu rouge. 

Lire aussi

Le moniteur d'auto-école moins influent que les parents

Résultat des courses :  37% des jeunes dont les parents avaient une conduite très à risque, adopte la même. En conséquence de quoi  10% des jeunes ont une conduite très à risque. Dans ce contexte, le moniteur d'auto-école n'influence la conduite future que dans une proportion de 25%, contre 65% pour les parents. Ces derniers savent ce qu'il leur reste à faire. 


* Etude réalisée par l’institut Ipsos du 18 au 27 octobre 2016, par Internet, auprès de 993 jeunes conducteurs de 18 à 25 ans titulaires du permis de conduire, extrait d’un échantillon représentatif de la population française âgée de 18 à 25 ans. La représentativité de l’échantillon est assurée par l’utilisation de la méthode des quotas.

En vidéo

JT20H : Sécurité routière : deux enfants sur trois ne seraient pas correctement attachés

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter