Que sait-on de Hayat Boumeddiene ?

SOCIÉTÉ

TÉMOIGNAGE - Une ancienne amie d'Hayat Boumeddiene, la compagne du terroriste Amedy Coulibaly, a dévoilé au Parisien de nouveaux éléments sur la personnalité de la femme la plus recherchée de France. Celle-ci serait en Syrie depuis le 8 janvier.

Hayat Boumeddiene et Amedy Coulibaly, un couple "amoureux et extrêmement fusionnel". La femme la plus recherchée de France et le terroriste abattu vendredi après une prise d'otages à la porte de Vincennes "étaient tout l'un pour l'autre", témoigne lundi dans Le Parisien une amie proche de la jeune femme entrée en Syrie le 8 janvier, durant les attentats à Paris.

Sous couvert d'anonymat, cette amie d'enfance dévoile des éléments complémentaires sur la personnalité de cette jeune femme de 26 ans dont les clichés, intégralement voilée et arme à la main, ont été diffusés durant la traque des terroristes à Paris la semaine dernière.

PLUS D'INFOS
>>
Le voyage de Hayat Boumeddiene en Syrie
>> Explosion à Villejuif : "Nous sommes sûrs que c'est Coulibaly"

Hayat Boumeddiene "a perdu sa mère à l'âge de 8 ans" mais elle "n'a pas été plus malheureuse que d'autres" dans son enfance, explique la jeune femme dans Le Parisien. Celle-ci décrit sa rencontre avec Amedy Coulibaly comme décisive dans son parcours. "Après leur rencontre, elle a changé, explique-t-elle. Je savais qu'il avait fait de la prison. Lui disait que c'était pour des histoires du passé. Lorsqu'on faisait des soirées ensemble, il se montrait gentil et doux. En revanche, il pouvait aussi être un peu bizarre, ou disparaître sans qu'on sache trop pourquoi."

Boumeddiene devient alors "de plus en plus pieuse", adresse des SMS "ayant trait à la religion", parle de "miséricorde". Lorsque Coulibaly est incarcéré, jusqu'en mars 2014, la jeune femme est "en détresse et désemparée". La libération de son compagnon "apaise" celle qui est aussi décrite comme "fragile émotionnellement" et "ayant peu confiance en elle". Le couple avait effectué un pèlerinage à la Mecque en octobre 2014, rapporte encore l'ancienne amie. Avant de conclure : "Je pense qu'ils ont convenu ensemble qu'elle partirait se mettre à l'abri en Syrie […] Elle est incapable d'avoir organisé de telles horreurs."

EN SAVOIR PLUS
>>
L'appel de Coulibaly, le preneur d'otages, à BFMTV
>> Acclamés, policiers et gendarmes n'en reviennent pas  

Et aussi

Lire et commenter