Qui était Yann Arnaud, l’acrobate français mort en plein show du Cirque du Soleil ?

DirectLCI
MORT SUR SCÈNE - Yann Arnaud, 38 ans, était un gymnaste officiant au Cirque du soleil. Il est décédé samedi soir, en pleine représentation, aux Etats-Unis.

"Let’s fly one more time today !" : "Allons voler une nouvelle fois aujourd’hui !" Voici le message posté par Yann Arnaud il y a quelques jours sur Instagram, le 17 février dernier. La troupe du Cirque du Soleil venait d’arriver à Tampa, en Floride, pour les représentations de son spectacle Volta. Spectacle dans lequel Yann Arnaud exécutait une performance de voltige aérienne. 


Comme à chaque show, Yann Arnaud devait donc "voler". Sauf que, samedi dernier, alors qu’il pratiquait son numéro de sangles aériennes, il a chuté d’environ quatre mètres, tombant tête première sur la scène. Il est décédé, quelques heures après, à l'hôpital. Tragique soirée.

Extrait du spectacle Volta

Que s’est-il passé ? Les circonstances de l’accident mortel restent encore à éclaircir. Dans un communiqué, le directeur du Cirque du Soleil a seulement dit "concentrer notre énergie à appuyer la famille de Yann et tous nos employés". Contactée, la troupe indique qu’elle ne souhaite pas partager plus d’éléments sur l’athlète. Et renvoie sur le texte diffusé dimanche dans la foulée du drame. "La grande famille du Cirque du Soleil est sous le choc et dévastée par cette tragédie", est-il ainsi écrit. 


Yann Arnaud faisait partie de cette "grande famille" depuis 15 ans. Grand brun, costaud, le visage fin, acéré, le corps dessiné, musclé, sec, comme en témoignent les photos mises en ligne sur les réseaux sociaux qui soulignent les yeux noirs, l’air calme et posé de celui, qui, à 38 ans, était le vétéran de cette troupe d’une cinquantaine d’artistes de renommée internationale.

Débuts dans le milieu de la gym de haut niveau

Mais Yann Arnaud n’a pas toujours évolué dans le monde du spectacle. C’est en effet dans le milieu du sport de compétition qu’il avait démarré. Originaire de Champigny-sur-Marne (Val-de-Marne), le jeune homme avait fait ses débuts sportifs à 10 ans, dans le club de gym du coin. Et, dès le début, l'intensité domine. Le bonhomme veut aller loin. Il fait des entraînements de 20 heures par semaine, en plus de son cursus scolaire, dans le club local, le Red Star Club Champigny, dans les années 1990. L’objectif, à terme, est de participer aux Jeux Olympiques. Yann Arnaud intègre d’ailleurs l’équipe de France, au sein de laquelle il reste pendant cinq ans. 


Des problèmes de dos le poussent toutefois à diminuer petit à petit ses activités sportives. Il décide alors de se consacrer à l’entraînement des jeunes. Il aurait pu en rester là. Mais un enchaînement d'événements va l'amener à traverser l’Atlantique. Au début des années 2000, son frère et deux amis, eux aussi gymnastes et membres du club du Val-de-Marne, s'occupent de shows sur la scène de Disneyland Resort Paris quand ils découvrent le Cirque du Soleil qui, comme le rappelle cette archive du Parisien, organise à l'époque des auditions en région parisienne. Le monde du spectacle leur plait. Les trois hommes postulent et se font embaucher. 

2001. Yann Arnaud, premier en partant de la droite. Son frère Nicolas, troisième en partant de la droite.

Ces larges horizons qui se dessinent pour ses compagnons de route donnent sans doute envie à Yann Arnaud de plonger à son tour dans le monde du spectacle. Poussé par son entraîneur, il s’y essaie, lui aussi, chez Disneyland. Il fait ses débuts en 2012 dans Tarzan : La rencontre, spectacle dans lequel il campe un petit singe. Rôle modeste mais qui, assurément, lui révèle l’amour de la scène. "La sensation avec le public : donner et recevoir. Et les yeux des enfants surtout. Il y a de bons contacts qui se font avec les enfants, c’est vraiment magique", disait-il dans une interview à Radio Canada à l'été 2017.

Allers-retours entre compagnies

Tout s’enchaîne alors. Yann Arnaud part en tournée et quitte la France. Il a moins de 30 ans et prend goût à la vie d'artiste, aux voyages. "Je ne pense pas que je vais revenir un jour", expliquait-il, trouvant le monde du cirque plus florissant, plus reconnu, plus créatif peut être, hors de l'Hexagone. Il commence sa carrière avec le Cirque du Soleil en 2003, embauché pour le spectacle O, puis Totem. Il finit ensuite par quitter la troupe pendant cinq ans pour une autre compagnie, et un autre projet, Rêves, avant d’y revenir en 2016, pour le spectacle Volta. La tournée avait débuté au printemps 2017. 

Le surdoué des anneaux

Yann Arnaud s’était petit à petit spécialisé dans les anneaux. Dans le spectacle qui a été joué samedi soir, il exécutait deux numéros, l’un avec des anneaux suisses, anneaux au bout desquels l’athlète se balance le plus haut possible et réalise des sorties acrobatiques, l’autre en "solo spin", un anneau auquel est accroché l’acrobate, qui tourne sur lui-même le plus rapidement possible.


C'est au cours d'un duo  qu'a eu lieu l'accident. Yann Arnaud en avait d'ailleurs parlé il y a peu, dans un post Instagram. "After so much work and training and staging, our straps duo act is finally in the show tonight. It’ s time to go for it @pawel_walczewski" ("Après tant de travail et d'entraînement, notre duo de straps est finalement prévu pour le show de ce soir. Il est l'heure !", ndlr).

Certains de ses collègues ont écrit un mot sur les réseaux sociaux. Comme Erica : "Tu étais une personne si respectable, travailleuse et talentueuse. Je suis honorée d'avoir travaillé avec toi depuis le début de notre formation jusqu'à la définition du nom de la série et finalement à sa création. Tout au long, tu es resté un modèle fort pour beaucoup."

Le directeur artistique du spectacle Volta a lui changé sa photo de profil, sans vouloir faire plus de commentaires. 

Yann Arnaud laisse derrière lui sa femme, une jeune modèle, Inna Gorelova, qui le suivait souvent lors de ses tournées, et deux petites filles, la dernière née en 2015. Il leur rendait largement hommage dans ses photos publiées sur Instagram.


C'était d'ailleurs là un autre de ses talents : en parallèle de sa carrière, Yann Arnaud essayait de développer une activité de photographe professionnel. En 2012, il avait été diplômé de l’Institut de la photographie et s’était spécialisé dans les photos de nouveau-nés, d’enfants et de famille. Il postait beaucoup de ses clichés sur les réseaux sociaux, partageant ses impressions lors des tournées des villes. "La photographie est un bon moyen de s’échapper et de voir le monde d’un œil différent", écrivait-il ainsi. 

"Hypnotisant à regarder"

Sur les réseaux sociaux, émergent des témoignages de personnes qui l’ont connu au cours de toutes ces années. Ou croisé lors d’un spectacle. À chaque fois, un profond souvenir. "J'ai eu la chance de voir ses incroyables performances et ses exploits incroyables dans le passé et je suis resté en admiration devant de telles acrobaties", écrit ainsi Hector sur Facebook. "Nous nous souvenons particulièrement de votre talent lors de votre spectacle Amaluna à Londres il y a quelques années. Lorsque vous avez presque terminé, le silence complet a été brisé par un bébé qui pleurait toujours, si fort." Rodney, qui admet ne pas le connaître précisément, dit : "Yann avait tellement d'énergie, et c'est ce qui le rendait hypnotisant à regarder. Le monde a perdu un talent. Le monde a aussi perdu ce qui semble être un homme avec tant de vie, d'amour et de rires à partager."


Partout, il semble avoir marqué ceux qui l'ont croisé, que ce soit dans la sphère professionnelle ou familiale.

Une cagnotte de soutien à ses proches

Une cagnotte en ligne a été lancée pour pour soutenir sa famille. "Yann était un guerrier, fort et courageux, survolant un public en admiration devant ses incroyables talents. Yann a donné sa vie à son public grâce à ses talents, et nous pouvons seulement supposer qu'il est mort en faisant ce qu'il aime", indique l'internaute à l'origine du projet. 


Ses proches ont rebaptisés la page Facebook à son nom "En souvenir de Yann Arnaud". Ils écrivent : "Nous espérons que les personnes qui aiment Yann trouveront du réconfort en consultant son profil pour se souvenir et célébrer sa vie." Une manière de continuer à faire vivre celui qui racontait à Radio Canada en 2017 : "Tant que je peux rester sur scène, je resterai sur scène. Si je peux rester jusqu’à 50 ans, 60 ans, je resterai".

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter