Rave party en Savoie : la préfecture demande aux 2500 participants d'effectuer un test Covid

Dépistage du Covid-19 (illustration)

CORONAVIRUS - Une rave party s'est tenue dans la nuit de samedi à dimanche dans une forêt du col du Sapenay en Savoie en dépit des règles sanitaires en vigueur. La préfecture invite les 2500 fêtards à aller faire un test de dépistage du Covid-19.

Malgré les recommandations sanitaires et la progression du variant Delta notamment, les fêtards ont maintenu leur événement. Dans la nuit du samedi 24 au dimanche 25 juillet, environ 2500 personnes ont investi sans

autorisation un terrain privé situé sur le col du Sapenay, entre les communes de Chindrieux et Entrelacs en Savoie, pour y organiser une rave party. "En dépit des moyens déployés par la gendarmerie pour dissuader les fêtards de se rendre sur les lieux, environ 500 véhicules s’y sont installés", a précisé la préfecture de Savoie. Les noctambules ont poursuivi la fête jusque tard dimanche, avant que tout le monde ne quitte les lieux.  

"Au regard du contexte de reprise épidémique que connaît le pays depuis plusieurs semaines, le préfet de la Savoie invite les participants à cette rave party, dans un esprit de responsabilité et de citoyenneté, à effectuer un examen biologique de dépistage virologique par test RT-PCR ou antigénique et, au cas où ils se révéleraient être cas positifs ou sujets contacts, à observer une période d’auto-isolement de 7 jours et à réaliser, à l’issue de cette période, un nouveau dépistage pour confirmer qu’ils ne sont pas ou plus porteurs du virus", insiste la préfecture. 

Le propriétaire n'a pas porté plainte

Contacté par LCI ce lundi 26 juillet, la préfecture de Savoie indique que tous les fêtards avaient quitté les lieux dimanche soir. "Le propriétaire du champ où était organisé l'événement n'a pas porté plainte", nous précise-t-elle. 

Selon la préfecture, il n'y a pas eu d'interpellation sur le site ou de dégradation importante. "Les autorités sont très préoccupées par contre par d'éventuelles contaminations au virus. On l'a vu récemment en province, les contaminations les plus importantes ont eu lieu récemment au cours de la soirée", commente une source locale auprès de notre rédaction. 

Vendredi dernier, deux foyers de contaminations au Covid-19 ont été identifiés dans des discothèques situées dans l'est de la France avec, à chaque fois, plusieurs dizaines de personnes touchées, a-t-on appris vendredi auprès des autorités sanitaires. 

Au Discopolis de Charmes, dans les Vosges, "un cluster au variant indien [Delta] a été détecté parmi les habitants du secteur. Le contact tracing effectué par l'assurance maladie a permis d'identifier 44 personnes", selon un communiqué de la préfecture et de l'Agence régionale de Santé (ARS) du Grand Est. Les personnes touchées ont été contaminées au cours de trois soirées, les 13, 16 et 17 juillet, et les chiffres pourraient encore augmenter puisque 1000 cas contacts ont été identifiés, selon l'ARS.

Lire aussi

Par ailleurs, à Mathay, dans le Doubs, 85 personnes ont été testées positives après également trois soirées les 13, 16 et 17 juillet au Cario Club, a indiqué l'ARS Bourgogne Franche-Comté. L'établissement a d'ores et déjà fermé ses portes, a précisé la préfecture du Doubs.

À Bordeaux, 81 personnes ont été testées positives après trois soirées techno organisées mi-juillet dans un club de la ville alors que des témoignages sur les réseaux sociaux ont mis en doute le respect des contrôles sanitaires.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Soldat tué au Mali : le caporal-chef Maxime Blasco, un militaire de 34 ans au parcours "admirable"

Pneus hiver ou chaînes obligatoires : voici la carte des départements concernés

REVIVEZ - "Danse avec les stars" : la chanteuse Lola Dubini est éliminée dès son premier prime

Éruption du volcan aux Canaries : comment expliquer l'arrivée en France du nuage de dioxyde de soufre

EN DIRECT - Covid-19 : 7980 personnes hospitalisées, dont 1571 en soins critiques

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.