Réfugiés privés d'accueil dans une église de Saint-Etienne : "Des gens vont souffrir"

Réfugiés privés d'accueil dans une église de Saint-Etienne : "Des gens vont souffrir"

SOLIDARITE – A Saint-Etienne (Loire), le procureur de la république contraint une église à cesser son accueil de nuit de plus de soixante-dix réfugiés. Joint par LCI, Gérard Riffard, le curé à l’origine du dispositif, craint pour la santé des personnes remises à la rue.

Voilà quinze ans que, toutes les nuits, l’église Sainte-Claire héberge les démunis. De l’histoire ancienne à compter de ce mardi 11 octobre : le procureur de la république de Saint-Etienne a décidé de faire cesser cet accueil de nuit, jugé illégal pour des raisons de "sécurité des personnes". 

Une injonction que déplore le père Gérard Riffard, curé à la retraite et responsable de "Anticyclone", l’association caritative à l’origine du dispositif d’accueil dont bénéficiaient principalement des réfugiés venus d’Afrique de l’Ouest.  Auprès de LCI, l’homme de foi explique : "A partir de demain, nous n’avons plus le droit d’accueillir des personnes pendant la nuit. Nous sommes obligés de nous plier à cette demande, au risque de perdre notre activité en journée auprès des démunis, qui pour l’instant perdure."

Une vingtaine de personnes sans solution

Et de déplorer par avance une situation qui, à l’approche de l’hiver, risque de conduire à des drames humains : "La nuit, on accueillait près de 80 réfugiés. Ils dormaient partout : dans des salles, sur des matelas, dans l’église et la chapelle." Parmi eux, assure-t-il, trente personnes ayant entamé une procédure de demande d’asile vont être mises à l’abri par une association d’entraide voisine. "Une quinzaine d’autres seront recueillies par l’asile de nuit de Saint-Etienne. Mais il en reste une vingtaine pour lesquels nous n’avons aucune solution", poursuit Gérard Riffard.

Le prêtre, qui a vu arriver au fil des années de plus en plus d’exilés, prévient d’ores et déjà : "Le problème, c’est aussi pour ceux qui vont continuer d’arriver à Saint-Etienne. On va pouvoir les accueillir la journée, mais il faudra les mettre dehors pour la nuit. Des gens vont souffrir." Accusé d'avoir "transformé en centre d’hébergement un centre paroissial en contradiction avec l’arrêté municipal qui ordonnait la cessation de cette activité", Gérard Riffard est parallèlement poursuivi devant la justice. Son dossier, renvoyé devant le parquet par la cour d’appel de Lyon, nécessitera qu’un juge d’instruction soit saisi. 

Lire aussi

    Sur le même sujet

    Les articles les plus lus

    EN DIRECT - Al-Jazeera dénonce "un crime de guerre" après les frappes israéliennes sur ses bureaux

    Val-de-Marne : une adolescente de 17 ans tuée à coups de couteau, le suspect arrêté

    EN DIRECT - Cévennes : après sa reddition, Valentin Marcone "était dans une volonté de dialogue"

    VIDÉO - "Une femme libérée et de pouvoir" : Amandine Petit a défilé en Marianne à Miss Univers

    Amandine Petit en finale de Miss Univers : ses parents sont ses plus grands fans

    Lire et commenter

    LE SAVIEZ-VOUS ?

    Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

    Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.