Reims : un Monoprix demande à ses clients de ne pas aider... les SDF

SOCIÉTÉ
DirectLCI
POLEMIQUE - A Reims, les sans-abri ne sont pas les bienvenus. Après un arrêté interdisant le stationnement assis, un magasin Monop' a tout bonnement demandé à ses clients de "ne pas donner de l'argent et/ou faire des courses" aux SDF. L'information suscite l'indignation sur les réseaux sociaux.

Merci de ne pas nourrir les SDF. C'est en substance le message ahurissant que les clients d'un Monop' de Reims ont découvert mardi en faisant leurs courses. Une affichette, signée de "la direction", et accrochée aux quatre caisses du magasin, expliquant que "depuis quelques semaines tous les soirs, (nous avons) de gros soucis de vol et d’insécurité, causés en grande partie par les sans domicile qui s’installent à côté". 

Pour "pallier cela", le supermarché disait avoir fait appel à une société de sécurité et invitait ses habitués à jouer le jeu : "Nous comptons sur vous pour nous soutenir dans cette démarche, en évitant de leur donner de l’argent et/ou de leur faire des courses". Immortalisée par un journaliste de France 3, l'affiche stigmatisante s'est rapidement propagée sur Twitter. "A quelle date avons-nous perdu notre humanité ?", s'interroge ainsi une jeune femme , faisant écho aux nombreux tweets d'indignation.

Arrêté anti-mendicité

Contacté par metronews, le directeur du magasin incriminé assure qu'il n'y est pour rien. "J'étais en vacances et je l'ai découverte en rentrant. Je l'ai immédiatement fait retirer". Nous n'en saurons pas plus sur l'auteur des lignes polémiques. Au siège de Monoprix, on nous explique qu'il s'agit "d'une initiative locale malheureuse". "Nous ne cautionnons pas ce message et nous partageons l'indignation de nos clients, assure un des responsables communication du groupe. Nous étudions les suites à donner." En attendant, le community manager du groupe s'affaire à répondre à tous les tweets scandalisés.

Pour Zahia Nouri, responsable de l'association Maraude citoyenne remoise , qui œuvre pour les SDF, "ce genre d'incident est relativement rare". Mais elle dénonce "un climat malsain général à l'égard des plus démunis qui s'installe peu à peu" dans la ville. "Cela peut favoriser ce type de comportement". Car la municipalité de Reims a pris depuis mai un arrêté anti-mendicité. S'il n'en porte pas le nom, il interdit, entre autres, le stationnement assis. "Les SDF en ont marre d'être pointés du doigt, constate Zahia Nouri. Certains sont aujourd'hui obligés de faire les poubelles. Quand vous vous retrouvez à la rue, vous n'avez pas besoin d'être un peu plus accablé."

Sur le même sujet

Lire et commenter