Relation sexuelle avec une fillette de 11 ans : Marianne lance un appel pour "changer la loi"

Relation sexuelle avec une fillette de 11 ans : Marianne lance un appel pour "changer la loi"

MOBILISATION – Fin septembre, un homme a été jugé pour "atteinte sexuelle sur mineure", pour des relations sexuelles avec une fillette de 11 ans. Ce fait divers a relancé un débat de fond sur le principe de non-consentement. Au point que des associations de défense des droits de l’enfant, et ce jeudi l'hebdomadaire Marianne, se mobilisent pour changer la loi afin de protéger les mineurs victimes de viol.

Marianne a lancé, ce jeudi, un "appel" faisant écho à l'histoire d'une petite fille de 11 ans, dont la plainte pour viol a été requalifiée en "atteinte sexuelle" par le parquet de Pontoise. L'hebdomadaire souhaite, par cette action, qu'une telle décision de justice ne se reproduise plus : "Changeons la loi, protégeons les mineurs victimes viol !". 

En septembre, un jeune homme de 28 ans comparaissait devant le tribunal de Pontoise pour avoir eu des relations sexuelles avec une fillette de 11 ans. La plainte pour viol déposée par la famille a été requalifiée en "délit d’atteinte sexuelle sur mineure de quinze ans". 

Aux yeux du tribunal, la victime était consentante. "En France, pays des droits de l’homme et de l’enfant, on peut encore considérer qu’une fillette de 11 ans a donné son consentement à une relation sexuelle avec un homme de 28 ans. Et donc qu’il n’y a pas eu viol", s’indigne le magazine, cette affaire soulevant la notion de non-consentement de l'enfant en cas de violences sexuelles.

Lire aussi

Des artistes, philosophes et politiques s'associent à l'appel

Marianne réclame "qu’un seuil d’âge soit fixé par la loi, comme c’est le cas dans d’autres pays et comme le préconise le Haut Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes, afin qu’on ne puisse plus présumer qu’un enfant ait consenti à un acte sexuel", comme nous vous en parlions ici.  

De nombreux artistes, philosophes et politiques ont décidé de signer cet appel "pour que l'histoire de Sarah ne se reproduise plus". Parmi eux, on retrouve l'humoriste Sophia Aram, l'ancienne ministre de la Santé, Roselyne Bachelot, l'animatrice Flavie Flament, l'ancienne ministre de la Culture Aurélie Filippetti  ou encore l'ancien président du tribunal pour enfants de Bobigny, Jean-Pierre Rosenczveig. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Immeuble effondré à Sanary : deux morts, une personne toujours portée disparue

EN DIRECT - Le vaccin Pfizer/Biontech "toujours efficace" contre le variant Omicron après "trois doses", annonce l'entreprise

Faut-il se refaire intégralement vacciner si on est en retard pour sa 3e dose ? Le 20H vous répond

EN DIRECT - Pour Christian Estrosi, Emmanuel Macron "a fait le job pendant cinq ans"

"Koh-Lanta" : ce sont Ugo, Claude et Laurent qui s’affronteront sur les poteaux en finale

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.