Rentrée : ce que le cartable de votre enfant représente à votre échelle

DirectLCI
VIDEO - Vive la rentrée, mais avez-vous une idée de ce que pèse le cartable de vos enfants ? Notre journaliste a fait des projections sur des adultes. . Retour sur une démonstration édifiante, expliquée dans LCI Matin du 1er septembre.

10% du poids de l'enfant, c'est ce que devrait peser au maximum un cartable. Ce chiffre n'est pas tombé du ciel, il est mentionné dans une circulaire officielle du ministère de l'éducation de 2008. Mais l'on sait tous à croiser sur le chemin de l'école, des élèves surchargés que, dans les faits… c’est une autre histoire. Pour faire simple, quand un enfant de 25 kilos, en CE1, porte un sac de 4 kilos, soit 16% de son poids, cela correspond à une charge de 12 kilos pour un adulte de 75 kilos.

Et à l'entrée du collège, c'est encore pire pour les élèves de 6e et 5e qui subissent de plein fouet leur arrivée dans le monde des grands. A tel point que leurs sacs peuvent atteindre jusqu'à 10 kilos, soit 33% de leur poids. La charge pour un adulte correspond à 25 kilos, soit le poids d'un agneau.  La démonstration est faite. 

Mais, que fait le ministère de l'éducation ? Il met en place de nombreuses propositions, recensées dans la circulaire de 2008, qui font, pourtant, preuve de bons sens, comme en demandant :

- à la grande distribution de proposer des cartables à moins d'un kilo à vide, à l'image de Carrefour avec son sac Princess Lili (590 gr et 24.90  euros) et  de Tennesee  avce son modèle du Security Protect (900 gr et 45 euros)

- aux professeurs de préférer aux classeurs rigides des versions souples ou des pochettes

- aux éditeurs d'indiquer le poids de leurs ouvrages dans leurs catalogues afin que les professeurs puissent les commander en toute connaissance de cause.  


Cartables trop lourds : bonjour les dégâts

La pédiatre orthopédiste, Corine Brofen rappelle qu'un cartable ne doit pas être trop lourd et que les anses se portent bien ajustées. Faute de quoi, des douleurs au dos peuvent apparaître. Autre facteur de risques, les postures. Il convient de rappeler aux enfants qu'assis à leurs tables, il est essentiel, de se tenir droit. Alors en attendant que le tout numérique ne soit plus un rêve, que les casiers poussent comme des champignons dans les écoles, les parents peuvent limiter un peu la casse.  Le conseil ? S'assurer que l'enfant ne prenne chaque jour que ce dont il a besoin. Et puis de temps en temps, perser le cartable permet de ne pas perdre de vue les fameux 10% auxquels il faut vraiment s'accrocher. 

 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter