Rentrée scolaire, les 10 commandements du bon parent (9/10) : jusqu'à quel âge faut-il accompagner son enfant à l'école ?

Société
DirectLCI
C'EST LA RENTRÉE - Devoirs, sport, loisirs, vie à l’école, écrans… Comment mettre votre enfant dans les meilleures dispositions pour cette nouvelle année scolaire ? LCI vous donne quelques conseils pour être le "meilleur" parent d’élève possible. Et cette année, c'est décidé, s'il est suffisamment mûr, il faut couper le cordon et le laisser seul sur le trajet de l’école.

Le jour de la rentrée est une étape spéciale dans la vie d’un enfant. Dans celle des parents aussi : les bambins grandissent vite mais certains les voient encore comme leur petit bébé. Nathalie Colin-Fagotin, psychologue de la famille et formatrice à Familipsy, ainsi qu’Emma Levillair, psychologue et psychothérapeute pour enfants et adolescents, nous éclairent sur les bons gestes à adopter pour que l’enfant se sente en sécurité et en confiance sur le trajet de l’école. 

Attendre l’âge de raison

7 ans, communément appelé l’âge de raison, est un tournant qui s’amorce dans la vie de l’enfant. Selon la psychologue Emma Levillair, "un enfant peut tout à fait aller à l’école seul dès 7 ans, mais cela se décide au cas par cas. Si le désir de prendre en charge le trajet est présent, cela se passera mieux". L'enfant peut faire le premier pas et vous demander d’aller seul à l’école, mais selon l’expérience de Nathalie Colin-Fagotin, "c’est assez rare, même si cela peut arriver". Si vous n’êtes pas encore prêt à couper le cordon, "essayez de ne pas lui renvoyer immédiatement de l’angoisse, même si vous en êtes submergé. Pour vous rassurer et le comprendre, demandez-lui pourquoi il a envie d’y aller seul. Cela vous permettra de jauger sa maturité, et de convenir de la bonne marche à suivre", explique Emma Levillair. 

De son coté, Nathalie Colin-Fagotin conseille d’attendre "8 ou 9 ans" : "L’enfant peut aller seul à l’école à partir du moment où il est d’accord. C’est à partir de cet âge-là que l’enfant devient plus autonome. Il a une meilleure compréhension de son environnement. Mais il faut que le trajet soit sécurisé."  

Sécuriser l’enfant pendant son trajet

L’important est d’être ludique. Apprendre en s’amusant est idéal pour vos têtes blondes. "Si vous préparez votre enfant à faire les trajets seuls, amusez-vous avec l’orientation. Faites un jeu d’apprentissage des noms de rues, de calcul du temps de trajet. Laissez le guider de plus en plus jusqu’à ce qu’il se sente à l’aise", poursuit Nathalie Colin-Fagotin. "N’oubliez pas que son angoisse est justifiée. N’essayez pas à tout prix de le rassurer mais plutôt de le comprendre."


Pour le trajet en règle général, Emma Levillair conseille de "lui laisser du lâche à partir de cinq ans. Ne pas systématiquement lui tenir la main, le laisser marcher deux pas devant soi. C’est ainsi qu’on le responsabilisera et qu’on évitera les angoisses futures, pour lui et pour le parent."  

"Il faut baliser le trajet de repères, de garde-fous. Il est préférable de faire faire un petit détour à l’enfant pour passer par des rues plus calmes et moins fréquentées et lui permettre d’être le plus en sécurité.  Le mieux, c’est qu’il soit toujours accompagné par un autre enfant. Il est aussi préférable qu’il ait le moyen de contacter ses parents, avec un petit téléphone par exemple", complète Nathalie Colin-Fagotin.

Le laisser emporter un doudou

Emma Levillair conseille de le laisser emporter un doudou : "Cet objet transitionnel est un allié très efficace pour lutter contre l’absence des parents". Elle recommande par ailleurs de "ne pas hésiter à l’emmener voir l'école quelques jours avant la rentrée, pour lui expliquer le déroulement des journées. L’enfant pourra alors imaginer son quotidien et s’y habituer mentalement". Pour les plus anxieux, "vous pouvez l’accompagner dans l’enceinte de l’école pour amorcer au mieux la transition entre la vie familiale et la vie scolaire", si l’école le permet. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter