Rentrée scolaire : ce qui change pour les maternelles cette année

Rentrée scolaire : ce qui change pour les maternelles cette année

ÉDUCATION - Najat Vallaud-Belkacem a présenté mardi après-midi, lors de sa conférence de presse de rentrée, les nouveautés de l'année scolaire 2015. Zoom sur l'une des principales d'entre elles : la version revue et corrigée des programmes de maternelle.

La réforme du collège et les tout aussi polémiques nouveaux programmes du CP à la 3e, c'est pour 2016. Cette année, c'est sur les tout petits que le vent du changement va souffler dans l'Education nationale. Beaucoup moins controversés, les nouveaux programmes de la maternelle, que Najat Vallaud-Belkacem a présenté mardi lors de sa conférence de presse de rentrée, s'appliqueront dès mardi prochain à tous les petits écoliers.

Quel est le but ?

Les enseignants dénonçaient la tendance à la "primarisation" de l'école maternelle. Autrement dit, celle-ci ressemblait trop à un "petit CP", avec beaucoup de lecture et d'écriture, plaçant d'emblée certains enfants en échec scolaire. Ses trois années de scolarité compteront désormais "pour un seul moment", et non plus comme un cycle "à cheval" avec l'école élémentaire, a fait valoir Najat Vallaud-Belkacem mardi. Les nouveaux programmes visent en effet à délaisser papier et crayons pour limiter le temps d'apprentissage et mieux prendre en compte le développement de l'enfant, notamment avec une plus grande place accordée au jeu.

  Qu'est-ce qui change concrètement ?

Davantage d’histoires lues en classe, stimulation de l’expression orale des enfants, de leur créativité via le développement des activités artistiques... Afin que les écoliers s'épanouissent davantage, priorité est donnée au langage, à la socialisation, et donc aux activités ludiques. Les nouveaux programmes font également la part belle à l'activité physique en recommandant des séances quotidiennes de sport ou de motricité de 30 à 45 minutes.

N'allez pas croire qu'ils mettent pour autant totalement de côté les apprentissages plus classiques. Les enfants continueront bien ainsi à être initiés aux mathématiques : "L'école maternelle doit conduire progressivement chacun à comprendre que les nombres permettent à la fois d'exprimer des quantités (usage cardinal) et d'exprimer un rang ou un positionnement dans une liste (usage ordinal)", détaille par exemple le texte des programmes. Enfin, l'école maternelle devant être "bienveillante", selon le mot employé par l'éducation nationale, l'évaluation sera "positive" et basée sur l'observation de l'enfant.

Qu'en pensent les instituteurs ?

Globalement, ils sont plutôt pour. Lundi lors de sa conférence de presse de rentrée, le secrétaire général du SNUIpp-FSU, premier syndicat de la maternelle et du primaire, a salué de "nouveaux programmes de maternelle de qualité". Un gros bémol souligné toutefois par Sébastien Sihr : il a regretté une quasi-absence de formation des instituteurs à ces changements, et des documents d'accompagnement qui se font attendre (ils arriveront "dans les jours à venir", a promis mardi Najat Vallaud-Belkacem). Ce alors que les nouvelles pratiques "ne vont pas s'improviser". 


LIRE AUSSI
>>
Augmenter de 10% les instituteurs ? Vallaud-Belkacem moque la proposition de Juppé
>> Réforme du collège : les trois points qui font le plus polémique

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Alerte "vent" : 2 départements en vigilance

Le "champignon noir" : que sait-on de cette infection qui touche les yeux de patients guéris du Covid en Inde ?

Vincent éliminé de "Koh-Lanta" : "En rentrant, je me suis inscrit à une formation pour devenir coach de vie"

Elle a tué son mari qui la tyrannisait : Valérie Bacot témoigne dans "Sept à Huit" avant son procès

Vaccin : le casse-tête de l'exécutif pour écouler les doses d'AstraZeneca

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.