Pourquoi les hommes s'auto-proclament rois du barbecue

Pourquoi les hommes s'auto-proclament rois du barbecue

FAMILLE
DirectLCI
CLICHÉ - Alors que le reste de l'année, les femmes se retrouvent bien souvent à préparer les repas, étrangement l'été, quand il s'agit de faire un barbecue, les hommes s'auto-désignent systématiquement rois du grill. Mais pourquoi, au juste ? On a posé la question à un sociologue.

Un été sans barbecue ? Impensable ! En famille, entre amis ou voisins… À vrai dire, toutes les occasions sont bonnes pour se retrouver autour d’une bonne grillade. Et quand il s’agit d’organiser un barbecue, tout le monde met la main à la pâte. Se produit alors un étrange phénomène : bien souvent, les hommes s'empressent de se ruer vers le feu, une bière à la main, tandis que les femmes, elles, se retrouvent à s'occuper en cuisine des accompagnements.


Plutôt surprenant (et parfois horripilant), cet engouement masculin pour le barbecue quand on sait que ce sont en grande majorité les femmes (81%*) qui cuisinent le reste de l'année. Mais les faits sont là : selon une enquête Opinionway réalisée pour Campingaz en 2015, si, à l'occasion d'un barbecue, les femmes s'occupent à 75% de faire les courses, à 72% d'élaborer le menu et à 48% de la préparation (coucou la charge mentale), elles ne sont, au final, que 8% à s'occuper des aliments sur le grill. 


Pour tenter de percer ce mystère du systématique "'t'inquiètes, je gère le barbec'", il faut remonter dans l'Histoire. Car comme nous l'explique Jean-Louis Lambert, sociologue de l’alimentation, ce qu'il se joue là relèverait du "phénomène anthropologique". Explications. 

Une fascination pour le feu

Vous l'ignorez peut-être mais chez nos ancêtres "les femmes étaient les gardiennes du feu (d'où l’expression de "la femme au foyer")". D'accord mais justement, dans le barbecue, il s'agit de faire du feu tout de même non ? Alors pourquoi l'homme est-il autant attiré par la perspective de manier les braises ? Déjà, nous explique notre sociologue, "parce qu'il y a une fascination du feu depuis sa découverte", et que son utilisation est restée "ancrée comme un facteur de survie". "Dans les civilisations anciennes, le feu était un point central de l’habitat, ils (nos ancêtres, ndlr) mangeaient pratiquement autour du feu". Sans compter la notion de danger que peuvent représenter les flammes. En gérant les flammes, l'homme serait garant de la sécurité de ses proches.

La viande, une histoire d'hommes

Mais d'après notre spécialiste, ce qui se joue dans le barbecue n'est pas tant l'attrait des braises que celui de la viande qui grille dessus... Car en réalité, en s'occupant du bifteck et des chipos, l'homme ré-endosserait quelque part cette image préhistorique du "père nourricier", du "chasseur qui ramène les prises à la maison" - rien que ça. D'autant que lorsqu'il s'agit de manier la viande, "même si la viande est bien souvent déjà préparée, il faut manipuler du sang", et pour certaines femmes, "ce n'est pas forcément attractif" nous assure le sociologue. Vous l'aurez compris, le sang et la chasse seraient donc une affaire d'hommes. Sans compter le maniement du couteau, qui renverrait lui aussi à l'image du chasseur. La femme, elle, aurait donc plus à sa charge les salades et autres accompagnements, tradition ancestrale de la cueillette oblige. Dommage qu'on ait oublié qu'à l'époque, les femmes s'occupaient pourtant également de dépecer et de préparer le gibier...


Et comme l'explique un journaliste de Slate, les barbecues peuvent devenir des "points de rencontres symboliques", comme on peut le voir dans la publicité de la célèbre marque de saucisses américaines Hillshire Farm (vidéo ci-dessous). "Ce que laisse entendre cette pub, c'est que les hommes se rassemblent en tant qu'hommes lorsqu'ils font des trucs masculins. Les barbecues (...) donnent lieu à ce que les spécialistes qualifient de contacts homosociaux, un lien d'intimité entre membres du même sexe, étranger aux supposés dangers du contact sexuel entre hommes, mais qui leur permet quand même d'affirmer leur masculinité en excluant les femmes. Le barbecue, en d'autres termes, permet à nos personnages de passer du bon temps entre eux, tout en restant de vrais mecs virils". Dont acte.

Pourtant, une grande injustice demeure : pourquoi les hommes se préoccuperaient-ils de la viande l'été, alors que le reste de l'année, ce sont les femmes qui s'y collent ? Parce que le barbecue intervient souvent dans des moments spéciaux, bien éloignés du quotidien : vacances, grandes occasions... Bref, souvent quand il s'agit de se montrer. "La viande est l’élément central de la prise alimentaire du repas, c'est symboliquement quelque chose de très important. Il n’y a pas de repas sans viande, surtout dans des moments festifs. Celui qui cuit la viande a un poids encore plus important que la moyenne des préparateurs (et préparatrices) de repas", nous assure Jean-Louis Lambert. 

De plus en plus de femmes apprécient

Un avis partagé par la spécialiste en sciences humaines Claudia Schirrmeister, qui, dans les colonnes de Coopération, explique que "celui qui s'occupe du barbecue détient un certain pouvoir". Et pour asseoir cette position, il est recommandé d'investir dans un barbecue haut de gamme, qui "peut devenir un véritable symbole de statut social. A l'heure où la cuisine est élevée au rang de culte et où le barbecue devient une philosophie, se positionner comme le meilleur grilleur vaut dans certains groupes sociaux au moins autant que posséder une nouvelle voiture", poursuit la spécialiste allemande, auteur d'un ouvrage sur les aspects sociaux liés au barbecue.  


Preuve qu'il s'agit souvent d'asseoir une certaine autorité : la récupération par certains politiques du barbecue, comme le rappelle le site Terra Femina. Vous souvenez-vous de l'opération com' d'Alain Juppé, autour d'un barbecue à Suresnes, en pleine campagne pour la primaire de la droite et du centre ? Barack Obama lui, s'était déjà prêté au jeu, dès 2009, tablier sur le ventre aux côtés du chef Bobby Flay... 

Mais qu'on se rassure, le changement est déjà en marche. Comme nous l'explique le président de la Fédération Française de Cuisine en Extérieur, Jean-François Dupont, qui organise tous les ans le championnat de France de barbecue, "de plus en plus d'équipes féminines s'illustrent" dans cette compétition. Mesdames vous l'aurez compris : cette année, si le cœur vous en dit, n'hésitez pas à vous y mettre !

*Sondage Quitoque.fr, leader français du marché des paniers-recettes livrés à domicile, publié en juillet 2018.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter