Repas végétarien hebdomadaire à la cantine : "Il n'y a pas de rejet de la part des enfants !"

Repas végétarien hebdomadaire à la cantine : "Il n'y a pas de rejet de la part des enfants !"

À TABLE - Un menu végétarien "un jour par semaine" dans les cantines scolaires, c'est l'idée proposée par le ministre Nicolas Hulot. Ce n'est pas une nouveauté, il est déjà notamment en vigueur dans le IIe arrondissement de Paris depuis 2009. On a demandé à son maire ce que les intéressés en pensaient.

Bientôt un menu végétarien hebdomadaire pour vos enfants ? C'est en tout cas le souhait de Nicolas Hulot. Durant une interview accordée ce jeudi à L'Obs, le ministre de la Transition écologique se montre favorable à l'instauration prochaine dans les cantines d'un menu sans viande "un jour par semaine". Objectif : réduire la consommation de viande et aller vers une "alimentation durable". Une tâche à laquelle s'attelle depuis déjà plusieurs années la mairie du 2ème arrondissement de Paris.

"Des repas sans viande ? On n'en parle même plus", relève pour LCI Jacques Boutault. L'édile EELV, en poste depuis 2001, fait figure de précurseurs en la matière puisque les élèves des onze établissements de son arrondissement se voient servir des assiettes non carnées depuis… 2009. Soit 1750 repas par jour. Une évidence, assure le maire : "Nous savons que notre alimentation est trop carnée, qu'il faudrait la réduire de 20% pour être en bonne santé. Et puis, nous savons que sa production contribue à l'émission de gaz à effet de serre. Sans oublier qu'aujourd'hui il est possible de se passer complètement de la protéine animal à partir du moment où on lui substitue de la protéine végétale équivalente."  Et Jacques Boutault d'ajouter : "Il y a une sensibilité de plus en plus forte à la condition animale."

En vidéo

Manger à la cantine est-il un droit ou une option ?

Lire aussi

"Ah oui c'est vrai, il n'y avait pas de viande..."

Si le bienfait d'assiettes "végé" est indiscutable pour Jacques Boutault, encore fallait-il convaincre les parents de son secteur. "Au début, certains étaient un peu inquiets, reconnaît-il. Je suis donc allé déjeuner dans toutes nos établissements en invitant des parents, ceux élus au sein de l'école et ceux qui étaient réticents, afin d'en discuter. A la fin du repas, quand je leur demandais : "Alors ce repas végétarien ?", la plupart me répondait : "Ah oui, c'est vrai il n'y avait pas de viande…"

Souvent pointé du doigt par ses détracteurs, le coût d'une alimentation sans viande ne serait pas un argument recevable pour ce maire. En tout cas plus en 2017. "Il faut reconnaitre qu'il y a huit ans, les filières d'approvisionnements n'étaient pas en place, engendrant des frais supplémentaires. Mais en les sollicitant sur la durée, et grâce au fait que d'autres collectivités se sont mises à le faire, elles sont mieux organisées et les produits sont devenus moins chers. Globalement, cela revient au même prix. Même chose pour le bio : nos repas le sont à 96%."

"Il est possible de bien se nourrir sans alimentation carnée"

Quid des principaux intéressés ? Si certains enfants rechignent parfois au steak de soja ou au tofu, le temps fait son œuvre. "Nous leur montrons qu'il est possible de bien se nourrir, de façon agréable, sans forcément avoir recours à l'alimentation carnée." Et d'ajouter : "On peut rater un plat, cela reste une cantine. Les enfants peuvent ne pas aimer car ce n'est pas la bonne sauce, voire pas chaud... Mais il n'y a pas un rejet spécifique de ces repas !"

Un caprice de bobo, diront certains… à tort, estime le maire. "Certes, Paris est souvent à l'avant-garde sur ces sujets. Mais une fois qu'on a expérimenté et qu'on constate que cela est possible, ces repas végétariens se propagent en région." Preuve que le courant passe bien entre les enfants et les assiettes "végé", celles-ci sont servies depuis janvier 2017 quotidiennement dans le 2eme arrondissement parisien, en guise d'alternative aux plats carnées.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : un premier cas du variant Omicron détecté aux États-Unis

Présidentielle 2022 : les équipes d'Eric Zemmour partent à la chasse aux parrainages

EN DIRECT - Présidentielle : "Eric Zemmour a créé sa campagne sur des propos chocs et il se plaint aujourd'hui"

Covid-19 : Doctolib saturé, comment réserver sa dose de rappel malgré tout ?

Variant Omicron : le PDG de Moderna juge prématuré de se prononcer sur l'efficacité de la 3e dose

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.