Réseau social pour défunts, tombes géolocalisées… 5 nouveautés insolites et connectées pour la Toussaint

Réseau social pour défunts, tombes géolocalisées… 5 nouveautés insolites et connectées pour la Toussaint

Société
DirectLCI
TOUSSAINT 2.0 - En ce 1er novembre, la tradition est d’aller fleurir les tombes de ses morts, de prendre un temps pour commémorer les proches qui sont partis. Mais alors que les habitudes évoluent et que les jeunes vont de moins en moins dans les cimetières, les nouvelles technologies veulent nous faciliter la vie. Gadget ou réelle utilité ?

Le cimetière connecté pour géolocaliser les sépultures

Y avait-il tant de gens devant errer, totalement perdus, dans son cimetière ? En tout cas, la principauté de Monaco a décidé de se pencher sur le problème. Elle vient d'équiper son cimetière de bornes connectées pour permettre de géolocaliser les sépultures, le téléphone portable fonctionnant alors comme un GPS, grâce à un logiciel et aux antennes relais installées dans le cimetière. "Lorsqu'on est devant, si on cherche par exemple M. Durand, la borne vous donne le chemin d'accès à sa sépulture", a expliqué la chef de service du domaine communal, Evelyne Folco. L’application peut même se télécharger en plusieurs langues.


> L’avantage : plus de surprise, le nez sur votre portable, vous ne risquez plus de vous perdre quand vous irez voir vos aïeux enterrés à Monaco (pour ceux qui en ont). Car si la principauté est petite, avec environ 40.000 habitants, son cimetière est "très étalé et sur différents niveaux". Moins de perte de temps pour un maximum d'efficacité. 

> L’inconvénient : perdu, justement, l’effet de la balade entre les tombes, le nez en l’air. Parce que c’est toujours comme cela que l’on découvre les sépultures les plus kistch, les colorées, les de-mauvais-goût, les brillantes, les très fleuries ou les abandonnées.  

Tontine2. 0, pour offrir des funérailles à ses proches

Offrez des funérailles à vos proches ! Si elle peut paraître curieuse, l’initiative est en fait très sérieuse : la Ville de Paris vient de lancer un nouveau service, Tontine 2.0, une cagnotte en ligne pour aider les familles en difficulté financière à organiser des obsèques. Selon une enquête de l'UFC-Que choisir de 2014, les funérailles représentent en effet un gros budget : elles coûtent 3.350 euros en moyenne. Quant au prix d'une crémation, il varie entre 2.000 et 7.000 euros.


> L’avantage : Vous avez l’âme d’un généreux bienfaiteur ? Sur cette plateforme de financement participatif, vous pouvez donner à qui vous voulez, en  restant anonyme ou non, et en affichant ou non le montant de la participation. 

> L'inconvénient : on n'a pas trouvé. Parce que c'est bien d'être généreux et de penser à ses proches.

Livraison de fleurs connectée

Pour la Toussaint, les services de livraison de fleurs s’adaptent. Pratiquement tous proposent des livraisons dans les cimetières, directement sur la tombe. Une manière de répondre au fait que les Français, par manque de temps ou à cause de la distance géographique, vont de moins en moins se recueillir sur la dernière demeure de leurs proches. Et pourtant, pour les fleuristes, les fleurs et couronnes destinées aux tombes et funérailles représentent près du tiers des achats de fleurs chaque année, la moitié se faisant au 1er novembre. A ce compte-là, mieux vaut donc soigner le service après-vente, jusque sur la sépulture.


> L’avantage : C'est vrai, on ne va plus sur les tombes. Alors envoyer des fleurs, même par internet, c'est quand même mieux que ne rien faire du tout. Et en prime, on peut avoir l’impression d’y être : certains services, comme la société Ensamémoire, proposent même, en plus d’assurer l’entretien de la sépulture, un "bilan photo une fois la prestation réalisée". Histoire de participer à distance.

> L’inconvénient : Ben, on n’y est pas. 

Un testament en ligne

Réfléchir, cogiter, passer chez le notaire, déshériter… Compliqué et vieux jeu. Aujourd’hui, tout se fait en ligne, veut croire Testamento, un service qui propose , comme son nom l’indique, d’écrire son testament en ligne. Il suffit de quelques minutes et d’un smartphone pour "définir ses volontés et désigner des personnes de confiance qui seront en charge d’en témoigner et de les faire respecter". 


> L’avantage. Une manière aussi, via un onglet "Mes volontés", d’indiquer ses préférences en matière de don d’organes, de fin de vie... et de faire passer la pilule à la famille sans avoir à en subir les conséquences.

> L’inconvénient. Aucun, parce que c’est toujours compliqué la communication en famille sur ces sujets, alors mieux vaut lâcher sa bombe et filer. 

Un réseau social pour les défunts

Quatre entrepreneurs du Finistère ont lancé début 2016 Bescrib, un réseau social pour... les défunts. Curieux ? Etonnant ? Déplacé ? Bizarre ? Peut-être. Mais eux s’appuient sur un constat très clair : de moins en moins de Français, et surtout de jeunes, vont dans les cimetières. Bescrib se veut donc une sorte de mémorial en ligne et collaboratif.  Chacun peut donc, comme sur Facebook, créer son profil. Mais, en plus des boutons "j’aime" et "commentaires", il y a une partie "hommage", explique France bleu Breizh Izel. A chacun d'y déposer des photos, des vidéos et des messages en mémoire de ceux qui sont décédés, des photos de chats tristes ou des émoticones qui pleurent. 


> L’avantage. Vous pouvez préparer votre après-décès, laisser de vous un souvenir impérissable : de votre vivant, vous pouvez programmer à l'avance des publications, des messages ou des vidéos pré-enregistrées. Et dès que votre mort est signalée par un membre de votre famille, les vidéos sont publiées.  Et chacun peut y aller de son hommage, de sa photo, de son petit poème.

> L’inconvénient. La tradition, ça peut quand même avoir du bon, comme de se retrouver en famille pour partager un moment de recueillement, se souvenir des disparus. Un petit mot en ligne, écrit tout seul derrière son ordi, c’est toujours ça mais c’est encore plus triste, non ?

Lire aussi

En vidéo

JT13H – Effervescence chez les fleuristes : plus de 20 millions de chrysanthèmes vendus à la Toussaint

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter