Restos du cœur : l'inquiétante série noire

Restos du cœur : l'inquiétante série noire

Société
DirectLCI
ENQUÊTE – En deux ans, plusieurs locaux des Restos du cœur ont été victimes d’incendie ou de cambriolage. Si la piste criminelle est souvent évoquée, les enquêtes pointent également de simples accidents, dont certains par négligence.

L’incendie d’un entrepôt des Restos du cœur, mardi matin, dans le Pas-de-Calais vient s’ajouter à la longue liste des locaux de l’association dévastés par le feu. Depuis 2012, au moins quatre ont été touchés : en août 2014, dans la banlieue de Caen (Calvados) – le même local avait déjà été détruit par le feu en novembre 2012 -, en juin 2014 à Bastia (Corse), en septembre 2013 à Montauban (Tarn-et-Garonne) ou encore en juin 2013 à Epagny (Haute-Savoie).

A chaque fois, le même scénario se répète : des tonnes de nourritures partent en fumée et l’association, fondée par Coluche en 1985, lance un appel aux dons pour continuer sa mission de distribution de repas et de denrées alimentaires à ceux qui en ont besoin.

La piste criminelle souvent évoquée mais...

Après l’incendie du centre de distribution cet été dans la banlieue de Caen, l'hypothèse de l'acte criminel est évoquée par les bénévoles, comme le rapporte Ouest-France . Cependant, une source policière proche du dossier écarte auprès de metronews cette hypothèse et en évoque une autre, accidentelle : celle de la négligence. "Les résultats de l’expertise ont montré que des frigos industriels, gourmands en énergie, avaient été branchés sur une même multiprise. Par ailleurs, le réseau électrique du bâtiment était vétuste. D’après l’expert, l’origine du feu est due à un survoltage". Concernant l’incendie qui a touché le bâtiment deux ans auparavant, là encore "aucune piste criminelle n’est envisagée" explique la même source.

Concernant l'incendie qui a ravagé le local du Pas-de-Calais, en début de semaine, la piste criminelle est privilégiée , même si le procureur de Bethune joue la carte de la prudence et préfère attendre les résultats des analyses avant de s'exprimer.

Contacté par nos soins, magistrats et fonctionnaires de police enquêtant sur les autres incendies n'ont pas souhaité nous répondre.

Des incendies, mais aussi des cambriolages

Outre les incendies, les locaux de l’association sont aussi les victimes récurrentes des cambrioleurs, comme cette annexe à Poitiers, "visitée" en octobre, à quelques jours de l'ouverture de la saison. La cinquième fois en deux ans. Là, les voleurs visaient le matériel informatique et se sont servis, au passage, dans les réserves de nourriture.

A La Réole, en Gironde, un local des Restos du cœur a été cambriolé en janvier pour la 6e fois en deux ans . Une source judiciaire précise à metronews que "l’enquête est toujours en cours et qu’une piste est en train d’être explorée", mais refuse de donner plus de détails. Et de s’interroger : "le bâtiment [un ancien abattoir, ndlr] est-il assez protégé ? Les cambrioleurs n’ont-ils pas repéré les lieux avant leur méfait ?"

Interrogé sur les moyens mis en oeuvre pour assurer la sécurité des bâtiments, les Restos du coeur n'ont pas répondu à notre question, malgré nos multiples appels.

130 millions de repas servis

Les Restos du cœur est l'association françaises envers laquelle les Français sont les plus généreux : le don moyen est de 133 euros. Une somme plus élevée que celle enregistrée par la plupart des associations caritatives. Lors de la campagne 2013-2014, l’association a servi 130 millions de repas et a accueilli 1 million de personnes.

LIRE AUSSI >> Pas-de-Calais: appel à l'aide des Restos du Coeur après l'incendie d'un entrepôt

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter