Nouvelles restrictions : de Bordeaux à Brest, surprise, fatalisme et incompréhension

Nouvelles restrictions : de Bordeaux à Brest, surprise, fatalisme et incompréhension

COVID-19 - 46 millions de Français qui n'étaient pas concernés par les mesures de confinement vont voir leurs libertés de déplacement restreintes à partir de samedi. Une annonce qui surprend et passe mal auprès des habitants de départements où le virus circule très peu.

"Une douche froide." C'est ce qu'a ressenti ce jeune Brestois lors de l'annonce d'Emmanuel Macron mercredi soir. Jusqu'alors épargnée, par les mesures de confinement qui concernaient 19 départements depuis le 25 mars, la Bretagne sera, à partir du samedi 3 avril, logée à la même enseigne que le reste du territoire métropolitain. 

Pour les quatre prochaines semaines, les mesures en vigueur notamment en Ile-de-France et dans les Hauts-de-France seront étendues à tout le territoire métropolitain. Ce qui implique notamment la fermeture de certains commerces et l'interdiction de se déplacer à plus de 10 km sans attestation justifiant d'un motif impérieux.

Toute l'info sur

La France fait-elle les bons choix face au virus ?

Les dernières informations sur l'épidémie et le déconfinement

Une annonce qui a surpris à Brest alors que le taux d'incidence est de 85 dans le département et exaspère les commerçants. Lauriance Guiffant, responsable d'un magasin de décoration n'y croit toujours pas. "Toute la journée, j'ai dit à mes clients que c'était impossible. Je n'en reviens pas", lâche-t-elle, la voix tremblotante et visiblement émue. 

Dépités, certains riverains essayent de se montrer compréhensifs, mais peinent à masquer leur tristesse. "Moi j'en peux plus, mais il était plus que temps de réagir parce que ça fait depuis le mois de janvier que c'est la cata", déclare une passante.

D'autres ne cachent pas leur agacement : "On n'est pas touché ici, donc il faudrait peut-être faire des différences selon les départements", fustige une Brestoise.

Si le taux d'incidence est faible dans le Finistère, la Bretagne est tout de même la région de France qui a le taux de reproduction du virus le plus élevé. 

On est pendu aux lèvres du gouvernement, c'est consternant - une passante à Bordeaux

Peut-être moins surpris qu'à Brest, les Bordelais semblent résignés. "On est tout le temps suspendu aux lèvres des annonces du gouvernement donc je ne sais pas si on peut être surpris ou pas surpris, mais c'est déconcertant",  déplore une passante rue Sainte-Catherine. "Confiné en hiver, c'est peut-être plus sympa que quand il fait 20° donc là ça va être dur pour les Français." 

Dans la métropole girondine, le taux d'incidence a atteint 233 lundi 29 mars, avec une diffusion du variant en forte hausse. 

Certains essayent de faire preuve de résilience : "On n'a pas le choix et peut être qu'il faut faire l'effort encore une fois et cette fois la bonne fois", affirme une Bordelaise, qui espère bien que ces mesures prendront fin dans quatre semaines, comme l'a annoncé le Président. 

Lire aussi

Mais pour les commerçants, ces mesures sont incompréhensibles. Laurent Huet, responsable d'un magasin de jouetsà Bordeaux est excédé : "Nous sommes tous essentiels, au même titre que la grande distribution ou que les vendeurs sur internet. Nous, on ne veut pas vivre grâce à l'indemnisation, on veut vivre de notre travail."

Écoutez "Les partis pris" de l'émission 24H Pujadas

Découvrez ce podcast sur votre plateforme d'écoute préférée ! 

Sur APPLE PODCAST 

Sur DEEZER

Sur SPOTIFY

Chaque jour, 24H Pujadas analyse l’actualité et le monde qui nous entoure. "Les Partis Pris" s’articule autour de plusieurs éditorialistes pour donner chacun dans leurs domaines de prédilections, leurs points de vue sur des sujets du moment.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Euro : "Tellement fier", Karim Benzema partage sa joie de retrouver les Bleus

EN DIRECT - Gaza : la France appelle Israël à "garantir l'accès rapide et sans entrave de l'aide"

Espagne : arrivée record de 8000 migrants en une journée à Ceuta, 4000 renvoyés au Maroc

Covid-19 : un tiers de la population de l'UE a reçu au moins une dose

EN DIRECT - Covid-19 : nouvelle forte baisse du nombre de patients hospitalisés en réanimation

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.