Retour de l'uniforme à l'école publique : "Un enjeu d'égalité", pour Jean-Michel Blanquer

Retour de l'uniforme à l'école publique : "Un enjeu d'égalité", pour Jean-Michel Blanquer
SOCIÉTÉ
DirectLCI
ÉGALITÉ - À Provins, une consultation de parents d'élèves devrait aboutir au retour de l'uniforme scolaire dans les six établissements élémentaires publics de la ville. Pour le ministre de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer, c'est avant tout "un enjeu d'égalité".

Vers un retour de l'uniforme à l'école ? C'est en tout cas ce que souhaite une majorité de parents d'élèves des écoles élémentaires de Provins, en Seine-et-Marne. Ils se sont prononcés à 62% en faveur du port, non obligatoire, de l'uniforme lors d'une consultation organisée par la mairie LR de la ville et donc les résultats ont été rendus publics samedi.


Dans cinq mois, au retour des vacances de la Toussaint, les élèves des six écoles élémentaires de la ville porteront un uniforme avec un polo bleu portant la devise républicaine. Au total, 759 élèves du CP au CM2 sont concernés par cette mesure qui ne revêt aucun caractère obligatoire. La mairie va lancer un appel d'offres pour la fabrication du trousseau de 10 pièces qui coûtera "au maximum" 145 euros. Le coût sera divisé par deux à partir du deuxième enfant et la Caisse centrale d'activités sociales (CCAS) pourra subvenir aux familles qui en ont besoin, a précisé l'édile.

Les marques de vêtements comptent beaucoup trop aujourd'hui et l’uniforme peut être une réponseJean-Michel Blanquer, ministre de l'Education nationale

Interrogé à ce sujet sur BFMTV, le ministre de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer a assuré ne pas être surpris par ce résultat. "Mon expérience m’a montré que lorsque le débat est posé, il y a en général une forte majorité qui se dégage en faveur de cette mesure car beaucoup de vertus y sont vues".


La première vertu selon lui : "Développer une certaine fierté autour de l'école". La deuxième : "C'est un enjeu d’égalité" entre les enfants. "Les marques de vêtements comptent beaucoup trop aujourd'hui. L’uniforme peut être une réponse."


Pour autant, il ne souhaite pas en faire un sujet national. "Ce serait la meilleur façon de ne pas réussir à accomplir ça, assure-t-il. "Depuis toujours il est possible pour ceux qui le veulent de décider d'avoir un uniforme. Dans certains car ça peut être utile, mais ça ne peut marcher que s'il y a un certain consensus local. Ce qui est important c’est de faire le bien des enfants."

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter