Rokhaya Diallo évincée, le dernier membre restant du Conseil national du numérique ne "démissionnera pas"

Rokhaya Diallo évincée, le dernier membre restant du Conseil national du numérique ne "démissionnera pas"

Société
DirectLCI
DEMISSION - Marie Ekeland, présidente du Conseil national du numérique, a annoncé sa démission, ce mardi 19 décembre. Cette décision fait suite à l'éviction forcée de la militante Rokhaya Diallo, nommée par ses soins au sein du conseil. Elle a été suivie par la quasi totalité du CNNum, exception faite de Jean-Philippe Delbonnel, qui a confié à LCI qu'il ne démissionnerait pas.

Dernier acte d'une polémique qui aura fait du bruit. Marie Ekeland, la nouvelle présidente du Conseil national du numérique, annonce sa démission, ce mardi 19 décembre par voie de communiqué. Une décision - initialement rapportée par Le Bondy Blog - faisant suite à l'imbroglio qui avait suivi la nomination de la militante antiraciste Rokhaya Diallo, dans ce comité destiné à réflechir aux enjeux du numérique, et dont le secrétaire d'Etat Mounir Mahjoubi a réclamé l'éviction.


"Ma conviction est que demain se construit aujourd'hui et que pour mieux le penser, il nous faut repositionner le débat au coeur de la société en ouvrant le champ historique de discussion numérique à tous les pans de la société, et à des personnes qui portent une parole articulée de la diversité et de la complexité françaises, même si elles ne viennent pas du numérique" constate d'abord la désormais ex-présidente, issue de la société civile. "La nomination de certains membres, alors que la liste avait été préparée par mes soins dans le cadre de ce projet, a été interprétée à tort par certains comme une prise de position politique du gouvernement. Il s'en est suivi un emballement médiatique et politique violent, révélateur des tensions françaises et de la difficulté à les traiter sereinement."

Et la conclusion de tomber : "Nous avons beaucoup travaillé de concert cette dernière semaine avec Mounir Mahjoubi et les membres du CNNum à trouver une solution qui permette d'en conserver son intégrité et son entiéreté. Nous n'y sommes pas arrivés. J'ai donc présenté aujourd'hui ma démission à Mounir Mahjoubi afin de laisser la place à une autre vision au CNNum.(...) J'ai été choquée par les caricatures auxquels Rokhaya Diallo et Axiom (un rappeur, ndlr) ont été réduits : elles n'ont rien à voir avec ce qu'ils sont vraiment."


Cette démission, saluée par des figures du militantisme antiraciste et féministe, a été suivie par celle, collective, de 26 autres membres du CNNum, dans l'après-midi. Ces derniers ont ainsi publié, dans la foulée, un communiqué sur le site de l'institution, prenant acte de "'impossibilité de mettre en oeuvre" le projet de Marie Ekeland. Ils ont été rejoints au fur et à mesure des heures suivantes par d'autres membres du CNNum. Des membres originels , ne reste l'élu local Jean-Philippe Delbonnel qui, joint par LCI le 20 décembre, a confié qu'il n'avait pas du tout l'intention de démissionner".

Réactions en chaîne

La semaine précédente, l'entourage du secrétaire d'Etat au numérique avait confirmé à LCI la demande de Mounir Mahjoubi d'écarter Rokhaya Diallo du comité. "Suite à la nomination du Conseil, des membres du gouvernement et de Matignon ont reçu énormément de messages et des propos rapportés sur le cas de madame Diallo. Marie Ekeland a donc eu des échanges avec le ministre et avec des personnes qui ont contribué aux nominations et elle a proposé de faire une nouvelle composition" nous avait-on expliqué. 


Parmi ces messages, l'interpellation publique de la députée LR Valérie Boyer, qui reprochait à Rokhaya Diallo l'activiste féministe et anti-raciste d'évoquer la notion de "racisme d'Etat". Un concept en effet régulièrement expliqué et dénoncé par la militante. Contacté, l'entourage du secrétaire d'Etat n'a pas encore réagi à cette démission, mais Mounir Mahjoubi s'est exprime dans Le Figaro. Il explique que le Conseil national du numérique "n'est pas une association, un parti politique ou un lobby".  A noter que suite à cette annonce, l'économiste Pierre-Yves Geoffard a lui aussi présenté sa démission du conseil. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter