Un soldat français tué au combat au Mali, annonce l'Élysée

Un soldat français tué au combat au Mali, annonce l'Élysée

ARMÉES - Un soldat français a été tué au cours d'un combat contre un groupe terroriste au Mali ce vendredi matin, annonce l'Élysée. La ministre des Armées, Florence Parly, et le président, Emmanuel Macron, lui ont rendu hommage.

La France est en deuil. Un soldat français a été tué dans la matinée de ce vendredi 24 septembre au Mali, annonce l'Élysée. "Le caporal-chef Maxime Blasco est mort pour la France lors d'une action de combat contre un groupe terroriste au Mali", indique la ministre des Armées, Florence Parly, sur Twitter. "Je m'incline devant son courage, son engagement profond au service de notre pays. Mes condoléances à sa famille, à ses frères d'armes, à nos armées endeuillées."

Dans un communiqué publié par l'Élysée, le président de la République, Emmanuel Macron, a fait part de son "émotion particulièrement vive" et "s'incline avec un profond respect devant le sacrifice de ce soldat, tombé au combat dans l'accomplissement de sa mission". Le chef de l'État "tient à saluer le courage des militaires français engagés au Sahel" et "réaffirme la détermination de la France dans son combat contre le terrorisme", poursuit le communiqué.

Macron lui avait remis la médaille militaire "pour la valeur exceptionnelle de ses services"

Le chef d'état-major des Armées, le général Thierry Burkhard, a ensuite fait part, sur Twitter, de sa "profonde émotion", rendant hommage au "héros" décédé ce vendredi matin.

Selon l'état-major des armées, la victime, âgée de 34 ans, a été tuée "au cours d'une opération de reconnaissance et de harcèlement conduite par la Force Barkhane dans le Gourma malien", dans la région de Gossi, à proximité de la frontière entre le Mali et le Burkina Faso. "Des éléments d'un groupe armé terroriste ont été détectés par un drone Reaper tôt dans la matinée, dans la forêt de N'Daki. Une patrouille de deux hélicoptères d'attaque a été rapidement engagée pour les neutraliser", a poursuivi l'état-major.  

Un groupe de commandos de la force Barkhane a ensuite été déployé au sol pour reconnaitre la zone d'engagement. "Le groupe de commandos a été pris à partie à courte distance par d'autres éléments du groupe armé terroriste. Au cours de cette action, le caporal-chef Maxime Blasco, a été touché par un tireur embusqué, qui a été neutralisé par les commandos. Très grièvement blessé, le caporal-chef Maxime Blasco a rapidement succombé à ses blessures", selon le communiqué de l'armée.

Le caporal-chef Maxime Blasco, du 7e bataillon de chasseurs alpins de Varces (Isère), avait reçu le 18 juin dernier, des mains d'Emmanuel Macron, la médaille militaire "pour la valeur exceptionnelle de ses services", précise l'Élysée. Son décès porte à 52 le nombre de soldats français tués au Sahel depuis 2013 dans les opérations anti-djihadistes, Serval puis Barkhane.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Alerte au tsunami du Japon aux États-Unis : la menace terminée mais d'importants dégâts aux Tonga

EN DIRECT - Covid-19 : Pfizer va investir plus de 500 millions d'euros en France sur cinq ans

EXCLUSIF - Présidentielle 2022 : découvrez les résultats de notre sondage quotidien du 14 janvier

Présidentielle 2022 : voici les sept candidats de gauche à la Primaire populaire

Marseille : séquestrée et violée, une adolescente de 14 ans localisée grâce à ses messageries Instagram et Snapchat

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.