Salaires, chômage... : cinq choses à savoir sur les inégalités entre Parisiens et Parisiennes

Salaires, chômage... : cinq choses à savoir sur les inégalités entre Parisiens et Parisiennes
SOCIÉTÉ
DirectLCI
ZOOM - Le rapport 2015-2016 sur la situation en matière d’égalité entre les femmes et les hommes à Paris a été remis ce lundi matin au Conseil de Paris. L’occasion de se pencher sur la sociologie des Parisiens et Parisiennes.

A Paris, les femmes représentent 53% de la population. Cependant, des inégalités se manifestent encore dans beaucoup de domaines. C’est ce que rappelle le rapport sur la situation en matière d’égalité entre les hommes et les femmes à Paris, qui était rendu public ce lundi matin en Conseil de Paris. LCI vous en a extrait les principales données.

  • 1A Paris, les femmes sont plus nombreuses que les hommes

    Les femmes représentent 53 % de la population parisienne, soit 1,19 millions de personnes, selon les chiffres du rapport, basé sur des données de 2014. Deux explications à cet écart, plus marqué qu'au niveau national (les femmes représentent environ 51.5% de la population totale selon les derniers chiffres de l'INSEE) : d’abord un flux important de jeunes femmes qui viennent suivre leurs études dans la capitale, d’où une proportion de 55 % de femmes chez les 20-24 ans. Joue aussi, sur les tranches d’âges plus élevées, une surmortalité masculine et une forte espérance de vie féminine : les femmes représentent ainsi 65 % des plus de 75 ans. Ce n’est qu’aux âges intermédiaires (30-44 ans) que les populations masculines et féminines sont sensiblement les mêmes.
  • 2Les femmes sont deux fois plus concernées par le travail à temps partiel

    Le pourcentage de femmes actives à Paris n’a cessé de progresser et se situe aujourd’hui à un niveau relativement élevé (61 % de femmes actives en 2011). Pourtant, leur taux d’activité reste inférieur à celui des hommes (70 %). Parmi les femmes actives ayant un emploi, 22 % sont à temps partiel, contre 11 % pour les hommes.
  • 3Salaire : des disparités prononcées

    Selon une étude réalisée par l’Apur (agence parisienne d'urbanisme) en 2010, les Parisiennes ont perçu en moyenne en 2007 un revenu salarial annuel net de 24.100 euros. Ce revenu est plus élevé que celui des autres femmes de France métropolitaine, mais inférieur de 27 % à celui des Parisiens. Les écarts augmentent en plus avec l’âge des salariés, au fur et à mesure des déroulements de carrière. Une partie de cet écart de revenus est liée au fait que les femmes effectuent moins d’heures de travail sur l’année ; mais l’essentiel tient à la différence de rémunération horaire : si le salaire horaire moyen des Parisiennes est élevé (16,20 euros), et même supérieur à celui des hommes salariés résidant en métropole, il est inférieur de 23 % à celui des salariés parisiens.
  • 4Chômage : plus de chômeuses que de chômeurs

    Selon les données du recensement 2011, les Parisiennes sont un peu plus touchées que les hommes par le chômage : 12 % des femmes actives sont demandeuses d’emploi contre 11 % des hommes actifs. Une moyenne qui masque des différences liées à l’âge : de 15 à 24 ans, le taux de chômage des femmes est inférieur à celui des hommes, mais leur taux d’activité également, souvent du fait qu’elles poursuivent leurs études plus longtemps que leurs homologues masculins ; de 25 à 49 ans, le taux de chômage des femmes devient légèrement supérieur à celui des hommes, sans doute l’effet des conditions parfois difficiles de retour à l’emploi des jeunes mamans à la suite d’une interruption d’activité ; après 50 ans, le taux de chômage des femmes redevient inférieur à celui des hommes, reflet d’une période où le taux d’activité féminin était plus faible.
  • 5La majorité des familles monoparentales ont à leur tête une femme

    Les contraintes qui pèsent sur les femmes en général pèsent particulièrement sur celles qui sont à la tête d’une famille monoparentale. Or, 84 % des familles monoparentales parisiennes ont une femme à leur tête. Pour ces femmes, les difficultés d’articulation vie professionnelle-vie familiale sont plus lourdes avec des conséquences en termes financiers et d’emploi du temps. La pauvreté est particulièrement répandue parmi ces familles. Paris compte 65 077 familles monoparentales dont le parent est une femme. Selon les données de la CAF de Paris, 8 % de ces familles sont bénéficiaires du RSA et 36 % vivaient sous le seuil de bas revenus fin 2013.

Lire aussi

En vidéo

VIDEO. Cinq chiffres sur l'inégalité salariale entre les hommes et les femmes

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter