Sanofi : un "bonus d'arrivée" de 4 millions d'euros qui passe mal

Sanofi : un "bonus d'arrivée" de 4 millions d'euros qui passe mal

Société
DirectLCI
SCANDALE - Olivier Brandicourt, nommé la semaine dernière directeur général du groupe pharmaceutique français Sanofi, touchera jusqu'à 4 millions d'euros de "bonus de bienvenue". Une somme "incompréhensible", selon le porte-parole du gouvernement, Stéphane Le Foll.

Quatre millions d'euros de "bonus de bienvenue", cela passe mal dans un groupe qui a supprimé 4000 postes depuis 2009. Le gouvernement a jugé "incompréhensible", l'annonce de l'octroi d'un bonus de 4 millions d'euros au nouveau patron du groupe pharmaceutique français Sanofi, Olivier Brandicourt. "C'est incompréhensible. Comment tous ces gens, qui expliquent que c'est le mérite, que c'est l'économie libérale, le risque, la prise de risque qui doivent faire les résultats, ces gens-là, à peine prennent-ils la tête d'une entreprise - c'est-à-dire qu'ils n'ont pris encore aucun risque - sont déjà assurés d'avoir rémunération sans commune mesure ?", a réagi Stéphane Le Foll, porte-parole du gouvernement, sur RTL lundi matin.

Selon un document consultable sur le site Internet de Sanofi, Olivier Brandicourt, dont la nomination a été annoncée jeudi, bénéficiera d'une indemnité forfaitaire brute de 2 millions d'euros lors de sa prise de fonction. Celui qui dirige actuellement les activités pharmaceutiques du groupe allemand Bayer percevra à nouveau une indemnité équivalente en janvier 2016 s'il est toujours en poste à ce moment-là.

"Tous les Français vont payer les primes de bienvenue"

Concernant la limitation de la rémunération des grands dirigeants, Stéphane Le Foll ajoute : "On l'a fait au niveau des entreprises publiques en plafonnant les salaires. Il faut qu'il y ait des règles qui soient réaffirmées, un peu de morale". "Cela pourrait être dans la loi mais le problème est que ces grandes entreprises sont internationales."

Interrogée sur RMC et BFMTV, la ministre de l’Ecologie , Ségolène Royal, a également jugé "pas normal du tout" cette prime de bienvenue. "Ce qu'il faudrait c'est un peu d'autodiscipline dans la décence des comportements", espérant qu’Olivier Brandicourt va renoncer à ces 4 millions d'euros. "Ce serait un minimum", a-t-elle dit. "Il faut un peu de décence, notamment de la part de laboratoires pharmaceutiques qui vivent de la Sécurité sociale, donc des cotisations sur les salaires", a également déclaré la ministre.

Avant de conclure en rappelant "que les médicaments sont remboursés pas les Français, donc c'est finalement tous les Français qui paient la Sécurité sociale qui vont payer les primes de bienvenue au patron de Sanofi".
 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter