Œufs contaminés au fipronil : "Pas de danger pour la santé publique", rassurent les analyses belges

SCANDALE – Après les révélations de la contamination d’œufs comestibles par un insecticide, le fipronil, l'Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (Afsca) a fait analyser des échantillons prélevés en Belgique. Verdict : aucun n’indique un danger pour la santé publique. En France, où des lots ont été livrés en juillet, les investigations sont toujours en cours.

L'alerte est maximale partout en Europe. Des millions d'œufs ont d'ores et déjà été retirés des rayons des supermarchés de plusieurs pays européens - au Pays-Bas, en Allemagne, en Suède et en Suisse - après la découverte de résidus de fipronil, un insecticide utilisé contre les puces et les acariens des animaux. Problème : il est "modérément toxique" pour l’homme lorsqu’il l’ingère, selon l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Pour démêler les vrais des faux risques, l'Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (Afsca) a analysé des œufs contaminés présents en Belgique et les conclusions sont plutôt rassurantes. 

Une valeur inférieure aux normes européennes

Sur 86 exploitations avicoles bloquées, dont 48 de poules pondeuses, plus que 51 le sont encore ce lundi 7 août. Les analyses réalisées par des laboratoires externes montrent une faible teneur en fipronil et parmi les résultats non conformes, la teneur maximale mise en évidence jusqu'à aujourd'hui est de 0,096 mg/kg. "Cela signifie que la teneur est de très loin inférieure à la valeur limite de 0,72 mg / kg. Cette limite a été confirmée par la Commission européenne", note le rapport


Grâce à ces résultats qui n’indiquent "pas de danger pour la santé publique", 26 élevages de poules pondeuses ont pu être libérés et deux entreprises de poules pondeuses sont encore dans l’attente des résultats d'analyses. Parallèlement, l’Afsca explique qu’un programme de monitoring, visant à faire toute la transparence sur cette affaire, a débuté dans toutes les exploitations de poules pondeuses concernées par des possibles contaminations : "Ceci concerne approximativement 200 entreprises de poules pondeuses. Celles-ci sont également contrôlées par précaution".


Des analyses qui interviennent un peu tard pour certains observateurs belges, alors que les premiers signalements de présence de l’insecticide remontent au 2 juin. "Nous n'avons jamais tenté de dissimuler quoi que ce soit", a répondu lundi soir Herman Diricks, l'administrateur délégué de l’Afsca sur la télévision belge, arguant avoir voulu "communiquer sur base d'informations correctes et pertinentes". 


La France n'est pas épargnée : le ministère de l'Agriculture a indiqué ce lundi 7 août que treize lots d'œufs contaminés en provenance des Pays-Bas ont été livrés en France à deux établissements de fabrication de produits à base d'œufs en juillet.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Scandale des oeufs contaminés

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter