Près de 250.000 œufs contaminés au fipronil pourraient avoir été consommés en France depuis avril

SCANDALE SANITAIRE – Le ministre de l’Agriculture, Stéphane Travert, a expliqué vendredi matin sur RMC que les œufs contaminés au fipronil importés de Belgique et des Pays-Bas ont été "mis sur le marché" français depuis avril. Mais il rassure en expliquant qu’il n’y a que très peu de risques pour la santé des consommateurs.

On en sait un peu plus sur l'impact en France de l’affaire des œufs contaminés au fipronil, un insecticide interdit. Près de de 250.000 oeufs pourraient avoir été consommés par des Français depuis le mois d’avril et certains de ces produits pourraient toujours être dans le réfrigérateur de certains. Cependant, le ministre de l’agriculture, Stéphane Travert, à l’origine de cette annonce ce vendredi matin, s’est voulu rassurant : "Le risque pour la santé humaine est très faible", a-t-il affirmé au micro de RMC.

Pas d’impact sur la santé, selon l’Anses

"Nous avons deux centres d'emballage d'oeufs dans le Nord et dans la Somme qui ont reçu des oeufs de consommation contaminés en provenance des Pays-Bas et en provenance de la Belgique", a-t-il précisé. Ainsi, un premier lot de 196.000 oeufs en provenance de la Belgique aurait été mis sur le marché entre le 16 avril et le 2 mai. "Ces oeufs ont déjà été consommés sans impact pour la santé", a souligné le ministre.


Un deuxième lot qui correspond à "environ à 48.000 œufs" a été mis en vente par les magasins Leader Price entre le 19 et le 28 juillet. Le code de ce lot, qui se trouve sur les coquilles des oeufs, est le 0NL43651-01. Mais le ministre a assuré qu’ils pouvaient être consommés "sans aucun danger" en citant l'Agence nationale de sécurité sanitaire alimentation, environnement, travail (Anses) qui a rendu un avis en ce sens.

Une réunion européenne pour mesurer l’ampleur de l’affaire

Ces deux centres d'emballage s'ajoutent aux cinq entreprises produisant des ovoproduits, des produits dérivés de l'œuf, ayant reçu des oeufs contaminés. L’ensemble de ces produits sera retiré du marché, dans l’attente d’analyses, et si les taux de contamination sont nuls ou faibles, ils seront remis dans les rayons. 

"Nous souhaitons prendre une initiative au prochain conseil des ministres de l'Agriculture en septembre à Tallin (Estonie) pour mesurer l'ampleur de cette affaire", a expliqué le ministre, suite à la demande de la Commission européenne de la tenue d’une réunion. "Il y a une fraude caractérisée (...) parce que c'est un produit interdit et là-dessus, nous serons intransigeants." Deux suspects ont déjà été interpellés par la police néerlandaise dans cette affaire.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Scandale des oeufs contaminés

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter