Sécurité routière : les radars de poche, nouvelle arme fatale des policiers et gendarmes

Sécurité routière : les radars de poche, nouvelle arme fatale des policiers et gendarmes

ROUTE - Plus petits, plus efficaces… Ces radars nouvelle génération équipent déjà plus de 200 polices municipales. Selon le magazine Auto Plus, leur emploi devrait se généraliser pour traquer les infractions routières.

Sa taille est proche de celle d’un appareil photo mais son utilisation devait se révéler beaucoup moins inoffensive … pour le portefeuille des automobilistes. Conçu par l’entreprise Mercura, ce petit boitier de 410 g est en passe de devenir l’outil indispensable des forces de l’ordre pour repérer excès de vitesse. 

En un clic, ce radar miniature permet d’évaluer la distance précise d’un véhicule jusqu’à 640 m et de zoomer de manière telle qu’un conducteur sans ceinture ou pendu à son téléphone n’échappe plus à l’œil du policier ou gendarme. Enfin, ultime argument en faveur de ce condensé de technologie : son coût, beaucoup plus faible qu’un radar classique. 

Lire aussi

Déjà une commande ferme de 1000 exemplaires

Le magazine Auto Plus, qui a enquêté sur ces radars nouvelle génération, prédit d’ailleurs la généralisation de leur emploi. "Pour des motards, c’est beaucoup plus simple puisque l’appareil tient dans la poche, ce n’est même plus la peine de béquiller la moto", explique Pascal Pennec, rédacteur en chef adjoint. Un policier municipal qui intervient en ville pourra le sortir, se placer devant une école. On ne peut pas le lui reprocher, c’est très utile." 

Selon le magazine, l’Etat en aurait commandé 1000 exemplaires. Près de 200 polices municipales l’utiliseraient déjà dans toute la France. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Proche-Orient : Biden assure à Netanyahu qu'"Israël a le droit de se défendre"

Remontées mécaniques, parcs d'attractions, clubs libertins : les absurdités des réouvertures à venir

Covid-19 : pourra-t-on se faire vacciner durant le week-end de l'Ascension ?

"Pass sanitaire" et sortie de l'état d'urgence : les députés votent finalement le texte

Roselyne Bachelot confie souffrir d'un "Covid long"

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.