Sécurité routière : pourquoi le nombre de cyclistes tués sur les routes baisse

Sécurité routière : pourquoi le nombre de cyclistes tués sur les routes baisse

DirectLCI
INTERVIEW – Le nombre de morts sur la route a connu une baisse record en 2013. Côté vélo, alors que les cyclistes sont de plus en plus nombreux en ville, le nombre de tués a baissé de 7% l'an dernier.

Le ministre de l'Intérieur Manuel Valls s'est félicité lundi de la baisse du nombre de morts sur les routes en 2013. Comme les automobilistes, les cyclistes ont été moins nombreux à périr dans des accidents en 2013 : une baisse de 7% a ainsi été enregistrée cette année, portant le nombre de tués à 151. L'occasion pour metronews de faire un bilan sur les risques de la route pour les accrocs de la pédale avec une habituée de la petite reine : Geneviève Laferrere, la présidente de la fédération française des usagers de la bicyclette. 

Comment expliquer cette baisse ?

"Il faut savoir que ces chiffres sont plutôt stables ces dernières années. On tourne autour de 150 morts par an depuis cinq ans. Et comme il y a de plus en plus de vélos, les automobilistes s'y habituent et sont de plus en plus prudents. Il y a 10 ans, les voitures avaient moins l'occasion de tomber sur un vélo. Enfin les aménagements réalisés dans les grands agglomérations et les campagnes de communication portent leur fruit". 

Quel est le plus grand danger pour un cycliste ?

"Contrairement à une idée reçue, c'est en ville que c'est le moins dangereux pour les cyclistes. En effet, un tiers des morts ont lieu en ville et deux tiers hors agglomération. L'explication est simple : en ville tout le monde roule à peu près à la même vitesse et beaucoup moins vite que sur les routes départementales et les routes nationales". 

On accuse souvent les cyclistes de ne pas respecter le code de la route. Qu'en pensez-vous ?

"Personne ne sait dire aujourd'hui si les cyclistes commettent plus d'infractions que les piétons ou les automobilistes. Chaque corps social jette la faute sur l'autre mais les cyclistes sont ceux qui ont le plus à perdre, ils sont plus vulnérables qu'un automobiliste alors ils sont les plus prudents".

Quels conseils donnez-vous aux cyclistes pour redoubler de prudence ?

"Il y a deux règles d'or à respecter. La première est de faire vraiment attention aux angles morts et tout particulièrement avec les bus et les véhicules utilitaires. Et la deuxième est d'avoir un bon éclairage. Il y a encore trop de cyclistes qui ne se rendent pas compte qu'on ne les voit pas". 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter