Ségolène Royal interdit, en plus de celle des orques, la reproduction des dauphins dans les parcs aquatiques

DirectLCI
LUTTE CONTRE LA MALTRAITANCE ANIMALE – La ministre de l’Environnement, Ségolène Royal, a annoncé ce samedi la publication d'un arrêté prévoyant d’améliorer le bien-être des cétacés évoluant dans les parcs aquatiques. Une mesure saluée par les associations de défense des animaux, d'autant que la reproduction des dauphins détenus en France est finalement interdite par le texte, alors que seule celle des orques devait initialement être concernée.

Après vingt mois de discussions, la France prend des mesures pour garantir le bien-être des cétacés. L’arrêté interministériel signé mercredi 3 mai, qui a été publié ce samedi au Journal Officiel, annule et remplace une législation de 1981 devenue obsolète. Alors qu'il avait initialement été paraphé le 28 mars, Ségolène Royal avait fait blocage sur ce nouveau texte afin de "refaire" un point avec les ONG qui, de leur côté, demandaient l’interdiction totale de la mise en captivité des cétacés.

Malgré tout, la Fondation Droit animal, éthique et sciences (LFAP) a salué cette semaine cette première étape vers la fin des delphinariums. "Parmi les nouvelles règles, (le texte) prévoit l’interdiction des produits chlorés dans les bassins où vivent orques et dauphins, a souligné Florian Sigronde de la LFAP. C’est la fin de leurs problèmes cutanés et oculaires."

L’arrêté prévoit également, notamment, une "augmentation d’au moins 150% de la surface des bassins" et l’interdiction des "contacts directs entre le public" et "les animaux, ainsi que les immersions du public dans les bassins hébergeant des cétacés". Ces nouvelles règles devront s’appliquer dans un délai de six mois et les travaux de mise en conformité devront être réalisés dans les trois prochaines années.

Lorsqu'elle avait été interrogée après l'annonce de la signature de l'accord, la LFAP regrettait de ne pas avoir été entendue sur trois demandes : la fin des spectacles avec les animaux, l’interdiction de l’ouverture de nouveaux établissements en France et l’arrêt de la reproduction des dauphins en captivité. Elle a finalement obtenu gain de cause sur ce dernier point. Le communiqué de presse diffusé par le ministère de l'Environnement mercredi expliquait en effet que seuls les orques - quatre sont détenus en France au Marineland d'Antibes - ne pourraient plus se reproduire dans ces conditions. Mais dans le texte publié au Journal officiel ce samedi, une nouvelle disposition de dernière minute est apparue : désormais, la reproduction des dauphins est également interdite. 


Une "victoire inespérée", salue dans Le Monde Christine Grandjean, présidente de l’association C’est Assez !. Mais cette disposition fait tomber de leur chaise les responsables des parcs animaliers. Rodolphe Delord, président de l’Association française des parcs zoologiques et directeur du zoo de Beauval (Loir-et-Cher), s'offusque ainsi auprès du quotidien : "Nous ne comprenons pas cette décision, qui n’a fait l’objet d’aucune concertation". Et il dit "réfléchir à attaquer l’arrêté". En attendant, dans l'état actuel des choses, la trentaine de grands dauphins qui vivent en captivité en France, du Marineland au Parc Astérix,  devraient être les derniers de leur lignée.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter