Entrée à l’université : en quoi consistent les "prérequis" évoqués par le gouvernement ?

SÉLECTION - Depuis plusieurs mois, le gouvernement Philippe planche sur une refonte profonde du système d'admission pour l'université. Le tirage au sort serait notamment abandonné au profit de "prérequis", nécessaires pour accéder à telle ou telle filière. Mais en quoi consistent ces "prérequis" ?

Depuis plusieurs mois, le projet de réforme d’entrée à l’université fait grincer des dents, notamment du côté des associations d’étudiants. Dans le viseur notamment, les "prérequis", qui coïncident avec la fin du tirage au sort pour accéder à l’enseignement supérieur. Mais finalement, en quoi consistent ces fameux "prérequis" que veulent instaurer Emmanuel Macron et la ministre de l’Enseignement Supérieur Frédérique Vidal ?


Alors que plusieurs milliers de lycéens restent "sur le carreau" chaque année, faute d’avoir été sélectionnés dans la filière de leur choix, l'exécutif veut faire table rase et privilégier l’accession selon le parcours de chacun. Le but : mieux orienter les futurs bacheliers et diminuer le taux d’échec en première année à l’université, évalué à 60%. "Nous n'avons pas le droit d'orienter des générations entières dans des formations inadaptées et sans débouché" avait ainsi déclaré il y a quelques semaines le Premier ministre Edouard Philippe à ce sujet.

En vidéo

Germinet : "Aujourd'hui, on fait comme si le baccalauréat était une espèce d'éponge magique qui effaçait tout"

Aujourd'hui, il faut pouvoir accompagner les étudiants, pouvoir leur dire 'oui' et parfois 'non' pour la filière qu'ils envisagentFrançois Germinet, le président de la conférence des présidents d'université

Ainsi, des "prérequis" seront demandés pour accéder à chaque filière de l’enseignement, en fonction des résultats de l’étudiant et du baccalauréat suivi. A titre d'exemple, un élève voulant faire une licence de sciences devra présenter des acquis minimaux en mathématiques, en sciences de la vie et de la terre ou encore en sciences physiques. Comment seront-ils établis ? Le gouvernement reste encore flou sur le sujet. Mais, dans notre exemple, on peut imaginer qu'un élève ayant 18/20 de moyenne en mathématiques en terminale S aura probablement plus de chances d'obtenir ces "prérequis" pour poursuivre en licence de sciences qu'un lycéen obtenant le baccalauréat L au rattrapage.


Une alternative saluée par François Germinet, président la commission formation de la conférence des présidents d'université (CPU) et président de l'université de Cergy-Pontoise. "Aujourd'hui, il faut pouvoir accompagner les étudiants, pouvoir leur dire 'oui' et parfois 'non' pour la filière qu'ils envisagent, mais en proposant des filières de remédiation ou des filières plus adaptées au parcours" a-t-il expliqué sur LCI ce jeudi.

Des formations de rattrapage envisagées

Les étudiants qui n'ont pas les prérequis devront donc bénéficier d'une formation tremplin ou d'une formation de rattrapage : "Nous ferons tout pour mettre en place ces filières de rattrapage, ces filières-tremplins parce qu'il est vrai qu'il y a des étudiants qui demandent des filières dans le supérieur et qui n'ont pas forcément les bagages pour suivre des enseignements extrêmement théoriques" a déploré François Germinet. "Aujourd'hui, on fait comme si le baccalauréat était une espèce d'éponge magique qui effaçait tout ce qui s'était passé avant, tout le parcours, les matières suivies et non suivies, et que derrière on pouvait demander absolument tout ce que l'on voulait dans le supérieur et qu'on pouvait réussir. C'est un leurre" a-t-il également déploré, en accord avec les propos de la ministre de l'Enseignement Supérieur Frédérique Vidal dans L'Obs ce jeudi.


Même son de cloche pour l'ancien ministre de l'Éducation nationale Jack Lang, également questionné sur le sujet sur LCI : "Ceux qui peuvent entrer directement dans une filière parce qu'ils sont compétents et préparés, il n'y a pas raison d'y faire obstacle. En revanche, je crois qu'il faut réfléchir à des remises à niveau et de meilleures orientations."

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La présidence Macron

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter