Shoah : les jeunes adultes manquent de connaissance

Shoah : les jeunes adultes manquent de connaissance
SOCIÉTÉ

ÉTUDE - Une étude menée dans le monde entier auprès de jeunes de 16 à 29 ans montre qu'à peine un sur deux (47%) a le sentiment d'avoir des connaissances plutôt ou "très" approfondies sur l'extermination des juifs pendant la Seconde guerre mondiale.

La Libération a commencé à l'été 1944, sur le front russe. Les armées alliées découvraient, au fur et à mesure l'horreur des camps de concentration installés par le régime nazi. Soixante-dix ans plus tard, le monde s'apprête à commémorer la Libération des camps . Mais il semblerait que, malgré les cérémonies, le travail de mémoire chez les jeunes n'est plus aussi prégnant.

En effet, si à travers le monde, neuf jeunes sur dix qualifient de "génocide" l'extermination des Juifs par les nazis, à peine un sur deux (47 %) a le sentiment d'avoir des connaissances "plutôt" ou "très approfondies" sur l'extermination des juifs. L'enquête, menée par la Fondation pour la Mémoire de la Shoah et le think tank Fondapol, a été menée dans 23 pays européens dont la France, ainsi qu'en Australie, au Canada, en Chine, aux Etats-Unis, en Inde, en Israël, au Japon et en Turquie. 31 172 jeunes de 16 à 29 ans ont été interrogés.

Grandes disparités

Autre fait intéressant : les fortes disparités selon les pays. Si 88 % des jeunes Israéliens affichent des connaissances approfondies de la Shoah, ils ne sont que 20 % à faire de même au Japon. La France, avec 49 %, est légèrement au-dessus de l'ensemble des pays pris dans leur globalité (47 %), mais un peu en deçà de la moyenne de l'Union européenne (53 %).

Les jeunes Français affirment en revanche à une très forte proportion (88 %) que l'extermination des Juifs par les nazis constitue le fait le plus important de la Seconde Guerre mondiale, plus que les Etats-Unis (60 %) ou l'Allemagne (73 %). Sans surprise, le Japon cite en premier lieu l'utilisation de la bombe atomique à Hiroshima et Nagasaki (81 %), la Russie la prise de Berlin par les Soviétiques en 1945 (84 %).

Les jeunes Français sont toutefois à peine plus nombreux (51 %) à considérer que leur gouvernement a agi contre la liberté et la dignité humaine entre 1939 et 1945 pendant le régime de Vichy. Enfin, 57 % des jeunes du monde - et presque autant de jeunes Français (56 %) - estiment qu'une Troisième Guerre mondiale est possible "dans les années qui viennent", une opinion qui va de 35 % au Japon à 86 % en Ukraine.

LIRE AUSSI >>  Israël : la Shoah sera enseignée dès la maternelle

Sur le même sujet

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent