"Si c'est pour faire nul autant faire court" : les râleurs pestent contre les 280 caractères sur Twitter

SOCIÉTÉ

REVUE DE TWEETS - Le réseau social vient de changer l'un de ses fondements : la limite de caractère permise par un message passe de 140 à 280 signes. Côté utilisateurs, il y a ceux qui aiment... et tous ceux qui détestent.

Deux fois plus pour le même prix ! Ça n’est pas génial, ça ? C’est ce qui arrive sur Twitter ! Dans la nuit de mardi à mercredi, le réseau social a annoncé que, désormais, chacun allait pouvoir piapiater (presque) à volonté.  C’est par un très court tweet que la plateforme a annoncé la grande nouvelle : "Nous étendons la limite des caractères pour les Tweets ! Nous voulons vous aider à vous exprimer plus facilement et rapidement." En clair, il va être désormais possible de s’exprimer sur le réseau en plus de 140 caractères. En bien plus, même, avec 280 caractères désormais autorisés.

Lire aussi

Forcément, la nouvelle a fait parler. Au point que le mot-dièse #280caractères a vite grimpé en tête des tendances, dans la matinée. Mais la nouvelle n’a pas reçu que des applaudissements, bien au contraire. Moults esprits chagrins s’expriment sur le réseau. Les plus acérés, les pros de la vanne tout en densité, déplorent cet étalage soudain de la parole, le bavardage qui prendrait le pas sur l’esprit de synthèse, la fin de la concision 2.0... Et oui, c'était toujours mieux avant.

Mais soyons honnêtes, enlever cette limite de caractère, ça a quand même des avantages...

Mais pour d'autres, passer en 280 caractères, c'est un peu comme passer de l'épicerie fine au supermarché. Du bistrot gastronomique au Mac Do. Comme donner la clé d'un endroit un peu secret, à tout le monde. Et forcément, on peut alors frôler l'indigestion. L'overdose. La saturation.

Les habitués de la vanne facile, courte, incisive, de la pique concise, ne se privent d'ailleurs pas de faire remarquer que, ouh là là, avec les esprits lents qui vont tous s'exprimer, ça va tout de suite être bien moins rigolo, Twitter. 

Mais la vraie question est peut-être : à force d’écrire en 140 caractères, les Twittos auraient-ils un problème de concentration et d’attention soutenue ?  Peut-être bien...

Mais allez, 280 caractères, c’est aussi l’occasion de redécouvrir un peu de poésie...

Voire (soyons fous !) de redécouvrir la grammaire...

D'ailleurs, 280 caractères, ça ne suffit pas encore à tout le monde.

Mais c'est sûr que, permettre à tout le monde de parler autant, c'est aussi prendre des risques...

Bref, la guerre des bavards contre les concis a-t-elle commencé ? Peut-être bien. Les clans se forment, les armes se fourbissent. 

Ce qui est sûr, c'est que les internautes n'en perdent pas leur humour, et ça, ça fait du bien au milieu de tous ces bouleversements.

Lire aussi

La limite des 140 signes était l’un des fondements de Twitter, depuis sa création en 2006, et était l’une de ses marques de fabrique. Mais en difficulté financière chronique, le réseau tente de se réinventer. Il avait déjà assoupli la limitation des tweets en retirant du décompte des caractères les images, les vidéos et les mentions. C’est cette fois-ci la limite de caractères qui est repoussée, avec notamment l’argument qu’il existe une inégalité entre les langues : les Japonais et les Chinois utilisent des signes qui sont bien plus concis que les langues occidentales. Reste à voir si ce changement ne bouscule pas trop l’un des attraits du réseau social : la diffusion d’une information rapide et concise. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter