Soins, éducation... : Marine Le Pen veut faire payer les étrangers pendant "un à deux ans"

DirectLCI
IMMIGRATION - Invitée du Grand Jury ce dimanche, Marine Le Pen a réitéré ses propos sur l'accueil des étrangers sur le territoire français. La présidente du Front national a précisé que les étrangers en situation légale auraient un délai de carence de "un ou deux ans avant d'avoir accès gratuitement aux services publics".

L'accès aux services publics pour les étrangers ? Oui... mais non. Lors d'une visite du marché de Noël des Champs-Elysées ce jeudi, Marine Le Pen s'était attirée une volée de critiques en prônant de barrer l'accès à l'école aux enfants étrangers en 

situation irrégulière et de faire payer la scolarité pour ceux dont les parents en situation régulière ne travaillent pas.


La candidate à l'élection présidentielle avait déclaré à la presse qu'il n'y avait, selon elle, pas de raison que les Français "supportent la charge financière de gens qui sont venus sur notre territoire sans nous demander l'autorisation". Au micro du Grand Jury sur LCI, la présidente du Front national a réitéré ses propos, déclarant que, "comme en Angleterre, les étrangers doivent avoir un délai de carence avant d'avoir accès gratuitement aux services publics ses déclarations". Marine Le Pen a ensuite déclaré que ce fameux délai serait de "un à deux ans".

Lire aussi

C'est la fin de la récréationMarine Le Pen

Jeudi, la candidate à l'élection présidentielle avait également déclaré "ne rien avoir contre les étrangers". Avant de préciser son propos : "Mais je leur dis : 'Si vous venez dans notre pays, ne vous attendez pas à ce que vous soyez pris en charge, à être soignés, que vos enfants soient éduqués gratuitement, maintenant c'est terminé, c'est la fin de la récréation!'". 


Elle s'est justifiée au micro du Grand Jury, affirmant vouloir "préserver notre système social" pour "ne plus prendre en charge toute la misère du monde." Marine Le Pen a également prôné la fin des aides sociales pour les clandestin, y compris d'un accès à l'"Aide médicale de l'Etat". Et de conclure : "Notre système de solidarité nationale est arrivé à saturation : pour le sauver, on doit le réserver aux Français d'abord".

En vidéo

Scolarisation des enfants clandestins : "Il faut appliquer la loi" argumente Marine Le Pen

En vidéo

Présidentielle 2017 : le FN axe sa campagne sur l'accès aux soins

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter