Soldes : les clients dénoncent l'explosion des faux rabais

Soldes : les clients dénoncent l'explosion des faux rabais

CONSOMMATION – Une photo postée par 60 millions de consommateurs, évoquant une fausse promotion chez Conforama, a été très largement partagée ces derniers jours. L'enseigne nous explique qu'il s'agit d'une erreur ponctuelle, mais les réactions à ce cliché témoignent de la défiance grandissante des consommateurs vis-à-vis des soldes.

A 60 millions de consommateurs , on n'avait jamais vu ça. En publiant mardi une photo envoyée par une internaute, qui semait le doute sur les pratiques de Conforama durant les soldes, le magazine a presque triplé son nombre d'abonnés Facebook : de 14.000, il est passé à près de 40.000 aujourd'hui.

Le cliché montre deux étiquettes trouvées sur un même canapé convertible dans l'un des magasins du spécialiste du meuble. A droite, l'une affiche 548 euros en chiffres rouges, avec un prix barré de 779 euros, soit une réduction de 30%. A gauche, l'étiquette qui était cachée en-dessous annonce elle aussi un prix de 548 euros, mais cette fois tout en noir et sans aucune mention barrée. "Prix d'origine sous l'étiquette du prix soldé ou simple erreur d'un vendeur ? Le doute est permis pour le consommateur", souligne 60 millions de consommateurs sur sa page Facebook . Même interrogation sur le compte Twitter du magazine : "Le prix barré a-t-il encore un sens ? Plus tellement, en tout cas chez @Conforma".

Prix d'origine sous l'étiquette du prix soldé ou simple erreur d'un vendeur ? Le doute est permis pour le consommateur. Vu dans les rayons de Conforama. Merci à Tiphanie pour son signalement.

Posted by 60 millions de consommateurs on  mardi 7 juillet 2015

Partagée des dizaines de milliers de fois sur les réseaux sociaux, la photo a suscité de vives réactions, de nombreux commentaires rapportant des expériences similaires dans d'autres enseignes. Certains, en particulier des internautes disant travailler chez Conforama, mettent toutefois en doute la volonté de tromper le consommateur, soulignant notamment qu'un zoom sur l'image permet de se rendre compte qu'elle n'a pas été prise durant les soldes, mais en mars lors d'une période de promotion.

"Il s'agit d'une erreur d'étiquetage, ponctuelle, d'un employé ", plaide également auprès de metronews une porte-parole de la chaîne d'ameublement, qui s'en "excuse" auprès des clients et reconnaît que "cette photo peut créer une confusion en laissant penser, à tort, que le prix de référence a été artificiellement gonflé". "Chez Conforama, nous avons des promotions toute l'année", poursuit-elle, expliquant que l'erreur résulterait du système d'étiquetage de l'enseigne qui, lorsqu'un produit est remisé, fait ressortir son nouveau prix en noir et blanc, sans indiquer le précédent. Pas toujours très clair pour les clients...

"Le prix de référence ne veut plus rien dire"

Jointe par metronews, la journaliste de 60 millions de consommateurs à l'origine du post reconnaît être peut-être allée un peu vite en besogne sur ce cas particulier. "Mais on aurait pu trouver d'autres exemples, et cela soulève un autre problème : la manière dont ont affiche un prix de référence pour informer clairement le consommateur en magasin". Pour Fabienne Loiseau, surtout, l'étonnante ampleur des réactions témoigne d'"un malaise grandissant vis-à-vis de toutes les promos et soldes", le consommateur se perdant dans ces rabais qui ne cessent de se succéder tout au long de l'année. "Nous recevons beaucoup de témoignages indiquant qu'il y a une surévaluation des prix à la veille des soldes, ce qui permet ensuite au commerçant de conserver sa marge tout en offrant des promotions attractives", assure-t-elle.

LIRE AUSSI >> Soldes d'été 2015 : les 10 trucs pour faire de (vraies) bonnes affaires

Une pratique sujette à suspicion, et encore plus depuis cette année. En vertu d'un arrêté publié au printemps en effet, le prix de référence qui doit être mentionné à côté du prix soldé n'est quasiment plus encadré. Auparavant, il devait correspondre au prix le plus bas pratiqué durant les 30 derniers jours. Désormais, il est fixé librement par le commerçant, celui-ci devant simplement être en mesure de prouver, en cas de visite de la répression des fraudes, que celui-ci a bien été pratiqué un jour dans son magasin.

La porte ouverte à une multiplication, en toute légalité ou non, des rabais en trompe-l'œil. "C'est un désastre, déplore Nicolas Godfroy, responsable juridique à l'association de consommateurs UFC-Que Choisir. Certains pouvaient déjà chercher à jouer avec les règles, mais là, le prix de référence ne signifie plus rien". Le juriste, qui souligne qu'en cas d'infraction, "c'est désormais le juge qui devra apprécier au cas par cas, en fonction du contexte, si le consommateur a été ou non induit en erreur par une pratique déloyale", ne voit qu'un seul conseil à donner aux consommateurs pour sortir du grand flou sur les prix : les comparer sur Internet avant d'acheter un produit.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Inflexible face aux policiers, comment Cédric Jubillar justifie les incohérences entre sa version et celle des enquêteurs ?

EN DIRECT - Covid-19 : 12 cas d'infection par le variant Omicron désormais détectés en France

Covid-19 : vacances de Noël avancées dans les écoles et rassemblements limités... la Belgique sur le qui-vive

Omicron : que sait-on de ce variant qui inquiète la planète ?

VIDÉO - Allemagne : les restrictions drastiques imposées aux non-vaccinés divisent

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.