Sondage : après l'attaque de Charlie Hebdo, 83% des Français ont peur d'autres attentats

 Sondage : après l'attaque de Charlie Hebdo, 83% des Français ont peur d'autres attentats

EXCLUSIF – Selon un sondage OpinionWay pour metronews et LCI après la sanglante attaque contre Charlie Hebdo, et avant les deux prises d'otages de vendredi à Dammartin-en-Goël (Seine-et-Marne) et porte de Vincennes à Paris, plus de huit Français sur dix déclarent craindre que d'autres attentats soient perpétrés dans les semaines à venir. Une proportion sans doute jamais vue.

L'angoisse est présente dans toutes les têtes. Après l'attaque sanglante qui a décimé mercredi la rédaction de Charlie Hebdo, jamais peut-être les craintes de voir des terroristes frapper l'Hexagone n'avaient été aussi fortes. Les Français sont 83% à redouter que le pays ne soit victime d'autres attentats dans les semaines à venir, selon notre sondage OpinionWay metronews-LCI réalisé avant les prises d'otages perpétrées vendredi et la neutralisation des deux suspects de l'attentat de Charlie Hebdo et de leur possible complice de la fusillade de Montrouge.

Dans le détail, 36% disent le craindre "tout à fait", 47% "plutôt". La menace terroriste est perçue avec un peu plus d'intensité par les femmes (86% contre 80% des hommes) et par les sympathisants de droite (88% des électeurs de l'UMP contre 78% de ceux du PS).

"Un sentiment de vulnérabilité"

Pour comparaison, après le 11-Septembre 2001, les Français n'étaient que 60% à estimer qu'un acte terroriste était probable dans le pays. L'Ifop, qui réalise régulièrement un baromètre sur "les Français et la menace terroriste", mesurait toutefois le mois dernier leurs craintes à 80%. Il s'agissait alors du taux le plus élevé jamais mesuré par l'institut, qui expliquait le "basculement" du niveau d'inquiétude, après deux années "au-dessus de 70%", par "la médiatisation de Daech et de jeunes Français partis faire le djihad, ou plus récemment, la prise d'otage de Sydney et les agressions à Joué-les-Tours et Dijon".

Cette fois, la France a été frappée en son cœur. La proximité immédiate de l'attentat de Charlie Hebdo, l'énorme émotion qu'elle a suscitée et les images impressionnantes de la traque des suspects sont de nature à renforcer les craintes. "L'opinion a un sentiment de vulnérabilité et se demande si les services de police vont être en mesure d'éviter d'autres attaques, alors même que les faiblesses du dispositif de protection viennent d'être démontrées, analyse pour metronews Frédéric Micheau, directeur des études à OpinionWay. Elle a aussi le souvenir de vagues d'attentats comme celle des années 1980 et l'idée, après les attaques multiples commises par Mohamed Merah en 2012, que nous sommes face à des opérations terroristes qui se déploient". A juste titre, puisque "cela semble être le cas avec le tireur de Montrouge".

EN SAVOIR +
>> De Nice à Toulouse, l'hommage géant de la France à Charlie Hebdo
>> Un responsable d'Al-Qaïda menace la France de nouvelles attaques

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : "Nous amorçons une décroissance de l'épidémie", selon Olivier Véran

Pavard, Özil, Klopp... les acteurs du foot vent debout contre la Super Ligue

Dr Gérald Kierzek : "il n'y a pas de problème pour rouvrir les terrasses, parce que c'est à l'extérieur"

Emmanuel Macron annonce un assouplissement des restrictions de voyage début mai

Logement : vous pouvez faire résilier le bail de votre voisin en cas de fortes nuisances

Lire et commenter