Covid-19 : une majorité de salariés veut adopter le pass sanitaire et abandonner le masque en entreprise

JEFF PACHOUD / AFP

SONDAGE - Si le masque reste obligatoire dans les lieux clos et à l'extérieur lorsque la distanciation n'est pas possible, les travailleurs ne souhaitent plus couvrir leur visage sur leur lieu de travail et sont favorables à la généralisation du pass sanitaire en entreprise.

Au bureau, mais sans masque. C'est le rêve que semble caresser une majorité de salariés à l'heure où la situation épidémique s'améliore de jour en jour, avec notamment plus de 70% de la population entièrement vaccinée. Selon un sondage réalisé par Ipsos-Sopra Steria, la part de travailleurs ne souhaitant plus couvrir leur visage sur leur lieu de travail atteindrait ainsi 74%.

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Plus en détail, ils seraient 80% de cadres, 79% d'ouvriers et 69% d'employés à souhaiter en finir avec cette mesure quand 8% des sondés se disent "totalement opposés" et 18% "plutôt opposés" à lever l'obligation de porter le masque en intérieur, révèle ce sondage réalisé auprès de 1118 personnes du 28 au 30 septembre dernier pour le Parisien-Aujourd’hui en France

Une majorité de sondés pour le pass sanitaire en entreprise

Aspirant à enfin tourner la page de la crise sanitaire, après un an et demi de protocoles sanitaires et gestes barrières imposés, 67% des personnes sondées se disent même favorables à la généralisation du pass sanitaire en entreprise, qui pour l'heure n'est pour rappel obligatoire que pour les salariés en contact avec le public. Parmi elles, 38% se disent "tout à fait" favorables et 29% "plutôt favorables"

Quel raisonnement derrière ce chiffre ? "On est dans la logique de ce qu’avait déclaré Emmanuel Macron en juillet dernier : ce n’est pas aux vaccinés de supporter les contraintes créées par ceux qui s’y opposent", analyse Brice Teinturier, directeur général d'Ipsos France, auprès du quotidien. Mais la mise en place d'un tel dispositif reste considérée comme illégale et passible d'un an de prison et 45.000 euros d'amende. 

"Les entreprises ont été au rendez-vous"

"La peur a considérablement reflué depuis le début de la pandémie, et plus elle baisse, plus la lassitude s’installe à l’égard d’un certain nombre de restrictions", résume en outre le directeur. En témoigne : "80% des personnes actives interrogées se disent rassurées quand elles se rendent sur le lieu de travail", quand seuls 4% d'entre-elles seraient "très inquiètes" pour leur santé.

Lire aussi

Enfin, pour 93% des personnes interrogées, la direction a fait son possible pour préserver l'activité et 83% jugent qu'elle a protégé les travailleurs, détaille ce sondage qui conclut que "les entreprises ont été au rendez-vous".

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : pour "passer Noël ensemble", Attal appelle à la "responsabilité collective"

VIDÉO - Allemagne : les restrictions drastiques imposées aux non-vaccinés divisent

Congrès LR pour la présidentielle 2022 : Éric Ciotti et Valérie Pécresse exposent leurs différences sur LCI

VIDÉO - Chèque énergie exceptionnel : voici quand vous allez recevoir les 100 euros d'aide

Pourquoi Emmanuel Macron se rend-il aux Émirats, au Qatar et en Arabie saoudite ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.