SONDAGE LCI - Blocage des prisons : pour 71% des Français, le gouvernement est responsable de la crise

DirectLCI
PRISON - Selon un sondage Opinionway pour LCI, plus de deux tiers des Français estiment que le gouvernement a une grande part de responsabilité dans le blocage des établissements pénitentiaires.

Pour le 12e jour, le blocages dans les prisons se poursuit ce vendredi, dans une moindre mesure que les jours précédents cependant. Sur le plan des négociations, la situation n’avance pas et les positions sont toujours bloquées. Les surveillants ne se sont toujours pas mis d’accord avec le gouvernement, et un projet proposé par la ministre Nicole Belloubet a été rejeté par deux des trois syndicats de la profession.


D’après un sondage Opinionway réalisé pour LCI, le principal responsable du blocage de la situation est le gouvernement, pour 71% des Français. A l'inverse, 27% des sondés pensent que ce sont les syndicats représentant les gardiens de prison qui sont responsables du blocage, et 2% ne se prononcent pas. 

Vendredi matin, une soixantaine d'établissements (sur 188) étaient touchés, selon la Direction de l'administration pénitentiaire, dont 40 où les gardiens refusaient de prendre leur service, en totalité ou en partie. Au total, 116 établissements avaient été affectés jeudi.


Le projet d’accord proposé jeudi par la garde des Sceaux Nicole Belloubet, censé répondre à la colère des 28.000 surveillants, comprenait notamment des mesures pour améliorer la gestion des détenus radicalisés, renforcer la sécurité des agents, la création de 1.100 emplois supplémentaires et une enveloppe de plus de 30 millions d'euros pour des indemnités. 

Mais la CGT (15%) et FO (30%) ont annoncé qu'elles ne signeraient pas le document, la CGT déplorant notamment l'absence de proposition sur l'évolution statutaire des personnels. Le syndicat majoritaire, l'Ufap-Unsa Justice (40%), a indiqué qu'il consultait sa base avant de se prononcer.


L'administration a demandé mercredi aux directeurs de prison d'appliquer des sanctions contre les surveillants qui bloquent les établissements, alors qu'ils n'ont pas le droit de grève, provoquant une vague d'arrêts maladie. 

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter