Près d'un jeune sur deux estime que la police est raciste

Près d'un jeune sur deux estime que la police est raciste

SONDAGE - Selon une enquête d'OpinionWay publié ce vendredi, près d'un jeune sur deux affirme ne pas avoir confiance en la police et l'accuse même de racisme.

Le constat peut sembler sévère, il témoigne pourtant du malaise profond qui anime une partie de la population, alors que les faits de violence ou d’abus s’accumulent, écornant l’image des forces de l'ordre aux yeux des Français. Un sentiment qui se révèle encore plus marquant chez les 18-30 ans, dont près d'un sur deux (48%) estime que la police française est raciste, selon un sondage OpinionWay pour le journal gratuit 20 Minutes paru ce vendredi 18 décembre.

Toute l'info sur

L'épineuse question des violences policières

Une très large majorité d'entre eux (79%) considère que les violences policières sont une réalité. Ils sont même plus de neuf sur dix (92%) à réclamer une réforme de l'IGPN, la fameuse "police des polices", de plus en plus critiquée dans sa gestion des affaires de violences policières, notamment depuis les révélations du site Loopsider et la diffusion des images édifiantes du tabassage de Michel Zecler par des policiers le 26 novembre dernier. Un déficit de confiance qui s'exprime chez 47% des jeunes de 18 à 30 ans, contre 33% dans l'ensemble de la population, souligne l'institut OpinionWay.

Les agissements d’une minorité

Plus surprenant, ils sont cependant 45% à se dire favorables ou plutôt favorables à "l'interdiction de diffuser des images permettant d'identifier un policier ou un gendarme en opération avec des commentaires incitant à la haine", sujet au cœur des manifestations contre le projet de loi Sécurité globale. Cette interdiction cristallise notamment les tensions autour de cette loi, et son fameux article 24, accusé de vouloir museler critiques et journalistes.

Le gouvernement a évoqué un possible recul sur cet article, dont le Sénat poursuit l'étude. Plusieurs manifestations contre cet article controversé, et plus largement les violences policières, ont été émaillées d'incidents. Lors de la dernière mobilisation, samedi 12 décembre, près de 150 manifestants ont été interpellés. Selon l'enquête d'OpinionWay, 65% des jeunes interrogés estiment cependant que "ces dérives [sont] le fait d'une fraction infime des forces de l'ordre" dont les agissements jettent l’opprobre sur toute une profession.

Sur le même sujet

Lire et commenter