Sortie des Tuche 3 : ces gagnants du Loto pour qui la chance a (très mal) tourné

DirectLCI
DU RÊVE AU CAUCHEMAR – Alors que sort ce mercredi le troisième volet des Tuche, LCI retrace quelques destins de grands gagnants du Loto ou de l'Euromillions pour qui les choses ont mal tourné.

Non, l'entrée dans le monde des riches n'est pas si aisée. Ce constat, Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot l'avaient dressé en 2010 dans leur livre "Les millionnaires de la chance", fruit d'une enquête de deux ans auprès d'une centaine de gagnants du Loto.

Ces heureux vainqueurs "sont désarmés par cet argent qui leur échoit subitement", nous expliquaient alors dans une interview les deux sociologues, soulignant que si "en général, les gagnants, même de milieu modeste, arrivent à maîtriser", quelques uns "n’ont pas su contrôler ce qui leur arrivait et ont fait des bêtises". S'ils restent rares, les cas de gagnants du loto qui ont mal tourné occupent en effet régulièrement les médias ou les tribunaux : tout le monde n'a pas la chance, comme Jeff Tuche dans le troisième volet de la saga du même nom, d'avoir un destin présidentiel. A l'occasion de la sortie du film en salles ce mercredi, LCI vous propose de retracer les histoires de quelques uns de ces millionnaires qui ont déchanté.
 
► Une famille pas vraiment reconnaissante
La presse britannique rapportait en 2016 l'histoire de Gillian Bayford, 43 ans, qui avec son mari avait emporté en 2012 la somme record de 187 millions d'euros. Sa famille, à qui elle disait avoir donné pas moins de 25 millions d'euros, lui avait ensuite tourné le dos : elle n'a même pas été invitée au mariage de son frère. “Ils n'arrêtaient pas de me contacter pour que je leur en donne plus. Ils ont déjà acheté des maisons et des voitures, mais ils en voulaient toujours plus”, a raconté cette femme originaire de Dundee, en Ecosse, pour expliquer la rupture avec ses proches. Cerise sur ce triste gâteau : son couple a explosé, son mari étant parti pour refaire sa vie avec une autre... Au moins, le compte en banque de Gillian Bayford reste encore bien garni.


► Le destin brisé du boucher de Bègles
Son gain reste le plus gros jamais encaissé en Gironde. Mais son magot lui aura coûté cher. En 2004, Pascal Brun, boucher à Bègles, avait quitté son travail après avoir touché, une semaine avant Noël, 26,2 millions d'euros à l'Euromillions. Flambeur et amateur de voitures italiennes, il s'était ensuite surtout illustré au rayon faits divers, son histoire devenant emblématique des déboires des anciens grands gagnants. En 2009 ainsi, il avait été condamné à trois mois de prison ferme après avoir été retrouvé au volant de sa Ferrari avec deux grammes d'alcool dans le sang (c'était un récidiviste), et avoir tenté de corrompre les policiers pour qu'ils passent l'éponge. La même année, ses proches avaient raconté au JDD  que ce gagnant très médiatisé s'était fait cambrioler, "bousculer et insulter dans la rue", et qu'il s'était fait voler 20.000 euros par un artisan venu faire des travaux chez lui. Son frère, qu'il avait aidé à acheter un hôtel, avait également dû se lancer dans une longue procédure contre sa banque, l'opération immobilière ayant tourné au fiasco. En juillet dernier, Pascal Brun est décédé d'un cancer du poumon.

En vidéo

VIDÉO - On vous dit tout sur l'EuroMillions

► Menacés d'expulsion
En avril 2015, Jacques et Martine Riez expliquaient devant les caméras de  France 3 Haute-Normandie  "beaucoup regretter" d'avoir "touché au capital" et d'avoir aidé des proches, qui à présent leur tournaient le dos. Et pour cause. Gagnants de 10 millions de francs (1,5 millions d'euros) en 2000, le couple de cinquantenaires s'est retrouvé l'an dernier visé par une mesure d'expulsion du logement social de l'Eure qu'il occupait avec ses deux enfants depuis 2008. Après avoir en effet tout dilapidé en menant grand train, sans faire aucun placement, "lui est handicapé et touche 800 euros de la Cotorep, elle est chauffeur de car scolaire, avec un salaire 930 euros", assurait le reportage.


► Plumé à cause de mauvais placements
Dix ans plus tôt, il avait empoché 900.000 euros. En 2011,  France Info  nous racontait l'histoire de ce père de famille du Sud de la France, ruiné et même endetté de 600.000 euros à cause de placements hasardeux. Il s'était alors retourné contre la Société Générale, accusant la banque, qui l'avait elle-même assigné et avait hypothéqué sa maison, d'être responsable de ses mauvais choix et de sa déconfiture financière.


► Flambeur aux ailes brûlées
Quand elle évoque des histoires de gagnants du loto qui ont mal tourné,  la presse britannique  prend souvent l'exemple, édifiant, de Michael Carrol. En 2002, alors qu'il n'avait que 18 ans, ce jeune homme avait remporté 11 millions d'euros à la loterie nationale. En quelques années, il a tout dépensé en s'offrant une vie de rock-star, avec prostituées, alcool et drogue à gogo (ce qui lui a valu un passage par la case prison), investissant par exemple 1,1 million d'euros dans l'équipe de foot des Rangers de Glasgow ou organisant des courses de stock-car dans son jardin. En 2011, alors qu'il vivait désormais au jour le jour et exerçait à temps partiel le métier de peintre - il a ensuite trouvé un emploi d'ouvrier dans une biscuiterie -, il avait raconté au  Sun  avoir tenté de se suicider à deux reprises.

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter