Star du poker, le Français Ivan Deyra accusé de triche et renvoyé de son équipe

Participer à un même tournoi avec deux comptes est formellement interdit.

AU TAPIS - Après avoir participé à un tournoi de poker prestigieux avec deux comptes, le joueur de poker professionnel Ivan Deyra a été lourdement sanctionné. Figure montante du jeu en France, il est exclu de l'équipe Winamax.

Si son nom est méconnu du grand public, Ivan Deyra est une figure du poker en France. Après avoir fait ses armes en ligne sous le pseudonyme "ValueMerguez", il a écumé les tables de jeu du monde entier, remportant notamment (à seulement 25 ans) un prestigieux tournoi en 2019 à Las Vegas, avec un chèque de 380.000 dollars à la clef. Mis en lumière d'ordinaire pour ses performances, il est aujourd'hui au cœur d'une polémique, après avoir été accusé de triche lors d'un tournoi début janvier. Une erreur qui lui coûte aujourd'hui très cher.

Sanction immédiate

Faute de pouvoir jouer dans des casinos, bon nombre de joueurs se tournent en cette période vers les parties en ligne. Ivan Deyra en fait partie, et a disputé le 4 janvier un tournoi organisé par la plateforme Winamax. Il faut préciser que le joueur français est sponsorisé par cette marque, qui rassemble de grands talents du poker dans une équipe professionnelle. Rien n'interdisait à "ValueMerguez" de jouer ce jour-là, et il s'est acquitté comme les autres participants des 2000 euros de frais d'entrée. Problème : Ivan Deyra s'est aussi enregistré avec le compte de son père pour le même tournoi, multipliant de fait ses chances de victoire. Une pratique totalement interdite et passible de sanctions lourdes.

Avec son compte principal, il ne tarde pas à être éliminé, mais sous l'identité "MATIVANAO", empruntée à son paternel, le professionnel brille. Au point de remporter le tournoi... Et les 83.000 euros promis au vainqueur. Une belle performance, que Winamax a décrit en ces termes à l'issue de la table finale : "Ce joueur jusqu'ici inconnu de nos services (sous ce pseudo en tout cas) remporte le plus gros gain de cette soirée inaugurale".

Lire aussi

Quelques jours plus tard, des soupçons vont pourtant émerger. La plateforme se penche sur l'historique des parties disputées par le compte MATIVANAO et observe que ce joueur ne participait d'ordinaire qu'à des parties où les frais d'entrée ne dépassaient pas 1 euro. Et constate que du jour au lendemain, il débourse 2000 euros pour se joindre à un tournoi très relevé, se payant le luxe de le remporter. Les résultats sont alors gelés et les investigations permettent rapidement d'identifier la tricherie. Ivan Deyra était bien aux manettes de ce second compte, ce qui est totalement interdit par les règlements. La sanction est immédiate puisque le joueur est exclu du team pro formé par Winamax, tandis que ses gains sont répartis de manière équitable auprès des autres participants. 

Ivan Deyra a tenté de s'expliquer, arguant qu'au moment des faits, il joue "sans vraiment réfléchir aux conséquences de ce qui représente pourtant une erreur" de sa part. Et ajoute qu'il était alors qu'il avait "trop faim de cartes", après deux semaines passées sans jouer en décembre. Le fait d'avoir gagné le tournoi a évidemment attiré l'attention : par "malchance" dit-il, le voilà vainqueur, "sur l'autre compte", celui de son père, "sans vraiment mesurer les conséquences possibles". La suite des événements s'enchaîne rapidement, aboutissant à son renvoi.

Si une bonne partie de la communauté poker française a été sous le choc après ces annonces (des cas de triche étant particulièrement rares chez les professionnels), cette affaire a au moins permis de constater que les dispositifs de contrôle mis en œuvre par les plateformes se révélaient efficaces. Un épisode dont se serait néanmoins bien passé Winamax, qui perd un ambassadeur et un joueur prometteur. Du côté d'Ivan Deyra, on estime qu'il s'agit d'une décision "logique et compréhensible".  Si sa carrière sera à n'en pas douter bouleversé, il convient de préciser qu'une bonne partie de ses gains en carrière ont été réalisés "en live", à des tables de jeux traditionnelles. Et que dans ce contexte, ses victoires ne souffraient aucun soupçon de triche. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Jean Castex veut "mettre le paquet sur la vaccination" en mars et avril

Patrick J. Adams, le mari de Meghan dans "Suits", dénonce l'attitude "obscène" de Buckingham

Affaire des "écoutes" : après Nicolas Sarkozy, le Parquet national financier fait appel de la décision

Comportement, climat, géographie... pourquoi les chiffres du Covid font-ils le yoyo d'une région à une autre ?

Vaccination des soignants : comment expliquer les disparités entre professions ?

Lire et commenter