Strasbourg : des photos intimes d’une cinquantaine d’adolescentes diffusées sur Snapchat

Strasbourg : des photos intimes d’une cinquantaine d’adolescentes diffusées sur Snapchat

Société
DirectLCI
CYBERHARCÈLEMENT - Une cinquantaine d’adolescentes de la région strasbourgeoise ont récemment été victime d’une campagne malveillante de déballage de photos intimes sur Snapchat. Joint par LCI, le rectorat assure avoir pris la mesure du problème.

Malaise à Strasbourg ce vendredi matin, à l'ouverture du journal. Et pour cause : les Dernières nouvelles d’Alsace (DNA) rapportent dans leur édition du jour qu’une cinquantaine d’adolescentes de 13 à 16 ans de la région strasbourgeoise ont récemment été victime d’une campagne malveillante de déballage sur Snapchat. Selon le quotidien local, qui précise qu’une enquête a été ouverte, des photos volées de ces jeunes filles, parfois dénudées ou peu vêtues sinon mises en scène, se sont retrouvées publiées à l’insu de celles-ci sur le réseau social. 

Ces divulgations en série sont-elles l’œuvre d’une même personne, d’un même groupe ? Comment les clichés ont-ils été récupérés ? Les investigations doivent maintenant permettre de lever de nombreuses zones d’ombre. Contacté par LCI, le rectorat de Strasbourg assure en tout cas s’être emparé immédiatement du problème. "Ces cas sont révélés, mais nous ne tombons malheureusement pas des nues", nous confie l’académie, soulignant que des mesures avaient déjà mises en place il y a peu pour renforcer la lutte contre le harcèlement scolaire, notamment sur internet. 

Au moins huit établissements concernés

"Ce signalement, comme d’autres précédemment, a fait l’objet de consignes de vigilance concernant les phénomènes de cyberharcèlement", nous précise Lucie Pitiot, référente sur les questions de harcèlement pour le rectorat. "Concrètement, on demande aux établissements d’accueillir la parole des élèves qui ont pu être victimes de ces agissements, de signaler si possible le contenu incriminé à la plateforme concernée (Snapchat en l’occurrence) mais aussi via 'Faits établissements', l’application nationale dédiée aux incidents en milieu scolaire. Enfin, nous encourageons les victimes à porter plainte." Toujours selon les DNA, au moins une plainte a été déposée jusqu’à présent. 

En vidéo

Harcèlement scolaire : comment le combattre ?

"À partir de là, nous transmettons les éléments en notre possession au procureur de la République compétent pour le secteur donné, poursuit Lucie Pitiot. "Nous proposons également que les victimes se rapprochent du numéro vert  'Net écoute' – 0.800.200.000 – qui peut être une aide tant pour ces jeunes filles que pour nous, en permettant de participer à la fermeture des comptes diffuseurs de photos." Au-delà de cette seule réaction, la référente académique insiste sur l’importance de l’éducation aux réseaux sociaux : "Nous ne sommes pas que dans l’idée de chercher des responsabilités et de punir les auteurs. Il s’agit aussi de prévenir, d’éduquer et d’accompagner." Objectif : empêcher au maximum ce genre de situation de se reproduire. 

Je me sentais honteuseUne des adolescentes victimes de cyberharcèlement, interrogée par les DNA

En attendant, les adolescentes victimes vivent un enfer. Outre les insultes et les photos, chaque post publié est accompagné de leur identité complète : nom, prénom, ville, quartier, établissement scolaire et même numéro de téléphone. "Quand je suis arrivée en cours, je faisais comme si de rien n'était. Des gens de ma classe m'avaient envoyé les photos qu'ils avaient 'screenées' (capturées, ndlr). Je me sentais honteuse. Je savais qu'ils m'avaient vue. Quand ils me regardaient, ils ne voyaient que ça", raconte l’une des jeunes filles sous couvert d’anonymat. Au moins six lycées strasbourgeois et deux autres établissements de la région seraient concernés. 


À noter que l’académie de Strasbourg indique avoir traité pas moins de 185 dossiers de signalement de harcèlement au cours de l'année scolaire 2016-2017. Des cas relevés pour la plupart dans les collèges (60%) et les écoles primaires (35%), loin devant les lycées (5%).

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter