Submergée par le nombre d'appels, une association contre les violences faites aux femmes coupe son téléphone

SOCIÉTÉ

PAUSE - L'association européenne contre les violences faites aux femmes au travail (AVFT) a décidé ce mercredi 31 janvier de suspendre, pour le moment, son accueil téléphonique. Devant un doublement des saisines de femmes victimes, les cinq salariées font face à une situation "qui n'est plus gérable".

L'unique association de défense des victimes de violences sexuelles au travail ne prendra plus de nouvel appel. C'est en tout cas ce qu'indique l'AVFT, ce mercredi 31 janvier, par voie de communiqué. La raison ? Un doublement du nombre de saisines de femmes victimes, depuis 2015, que ses effectifs ne parviennent plus à traiter correctement. Et qui lui impose, du moins momentanément, de raccrocher le combiné.

"À la suite de notre dernière réunion d'équipe, nous avons pris une décision aussi difficile qu'inévitable : celle de fermer l'accueil téléphonique de l'association jusqu'à nouvel ordre" peut-on lire dans le communiqué. "Submergée par un flot ininterrompu de saisines de femmes victimes de violences sexuelles au travail mais aussi de professionnel·les à la recherche d'informations, l'AVFT n'est en effet plus en mesure de répondre à tout le monde et d'assurer son travail de défense de nouvelles victimes."

Lire aussi

Standard fermé jusqu'à nouvel ordre

Contactée par LCI à la mi-journée, Marylin Baldeck, présidente de l'AVFT, nous indique que la masse de travail "n'est plus gérable matériellement" et qu'une équipe "au bout du rouleau" ne peut pas assurer un accompagnement juridique exigeant de qualité. Les salariées poursuivent donc leur activité sur les dossiers déjà ouverts, mais n'en ouvriront pas de nouveau jusqu'à nouvel ordre.

Pointée du doigt par la présidente, cette équation - selon elle difficile à tenir - entre le doublement des saisines et la stagnation des effectifs. Elle rappelle que pour la seule année 2017, 223 femmes ont saisi l'AVFT. "Compte tenu de l'actuel effectif de l'AVFT, c'est-à-dire avec cinq salariées (dont une en CDD qui arrivera à échéance en novembre 2018), il faudrait une année entière pour tout faire, mais à condition de clôturer les dossiers ouverts les années précédentes, de ne plus en ouvrir d'autres, de ne pas répondre aux 85 saisines par des tiers, aux 97 saisines hors champ de compétences de l'AVFT (...)" écrit-elle encore.

Pas d'augmentation prévue "à cette heure"

L'association bénéficie d'une subvention allouée dans le cadre du "programme 137", un dispositif pour l'égalité. Contacté, le secrétariat d'Etat à l'égalité entre femmes et hommes nous indique que l'AVFT reçoit une subvention à hauteur de 705.000 euros sur trois ans. Renouvelée l'année dernière, elle équivaut pour 2017 à une somme de 235.000 euros. Auprès de LCI, l'entourage de Marlène Schiappa indique qu'une augmentation n'est pas prévue "à cette heure". Reste que pour les salariées de l'AVFT, cette pause est "symptomatique du fossé abyssal qui sépare les besoins des victimes de la réponse de l'Etat".

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter