Sugar Daddy : la voiture qui tractait cette pub pour un site de rencontre entre "riches et beaux/belles" saisie

SOCIÉTÉ
PARIS - La mairie de Paris a saisi mercredi la justice pour réclamer des poursuites contre le site internet RicheMeetBeautiful.fr qu'il accuse de faire la promotion de la prostitution. Ce jeudi, la voiture qui remorquait l'affiche polémique a été saisie et son chauffeur entendu, nous a fait savoir la Préfecture de police.

"Hey les étudiant(e)s ! Romantique, passion et pas de prêt étudiant ? Sortez avec un sugar daddy ou une sugar mama." Voici ce qu'on pouvait lire ce mercredi matin sur un panneau publicitaire mobile installé devant une université parisienne. A l'origine de la publicité : le site "de rencontres" RichMeetBeautiful.fr. Le concept ? Permettre à un homme ou à une femme de rencontrer quelqu'un de riche. Une affiche qui n'a pas du tout plu à la mairie de Paris qui a saisi la justice.


"J'ai saisi le procureur de la République et la plateforme de signalement Pharos (qui permet de signaler aux autorités les contenus ou comportements illicites sur internet) pour demander la fermeture du site RichMeetBeautiful.fr", a indiqué sur Twitter Hélène Bidard, adjointe PCF chargée de la lutte contre les discriminations de la maire PS de Paris Anne Hidalgo. 

"Outre le trouble à l'ordre public d'une publicité qui peut être vue par des mineurs, ce site est une violence faite aux femmes. Derrière ces images dorées, des jeunes peuvent tomber dans la prostitution", a-t-elle précisé.

En vidéo

Première plainte en France contre un site pour incitation à la prostitution

Un site pour mettre en relation "des personnes aisées" avec des étudiant(e)s en situation de précarité

Ce "site met en relation des personnes aisées avec des étudiant-es en situation de précarité. Au final, il n'est rien d'autre qu'un outil incitant à la prostitution et, comme plateforme se rémunérant sur les mises en relations, son rôle se rapproche de celui d'un proxénète", indique le président du groupe EELV David Belliard dans un courrier à Frédérique Vidal, ministre de 

l'Enseignement Supérieur, et à Marlène Schiappa, secrétaire d'État chargée de l'égalité entre les femmes et les hommes. 


Le groupe note par ailleurs que "la création de cette plateforme est aussi le reflet d'un échec de notre société, celle de la précarité d'un trop grand nombre d'étudiant-es". De son côté, Frédérique Vidal a repris l'argumentaire précédent, jugeant la publicité "inadmissible" et promettant de faire "tout pour que ça cesse le plus rapidement possible".

Certains aiment les roux ou les Asiatiques, d'autres aiment les richesSigurd Vedal, PDG de RichMeetBeautiful.fr

Contacté par LCI, Sigurd Vedal, le PDG de RichMeetBeautiful.fr, assure qu'il s'agit d'un "site de rencontres comme les autres". Il réfute en bloc les accusations d'incitation à la prostitution, affirmant que l'argent n'est qu'un autre critère de rencontre comme peut l'être la personnalité ou la beauté. "Certains aiment les roux ou les Asiatiques, d'autres aiment les riches". Et d'ajouter : "Il n'y a aucune loi qui dit qu'une femme ou un homme ne peut pas sortir avec un quelqu'un qui a de l'argent".


Concernant la plainte de la mairie de Paris, Sigurd Vidal ne semble pas inquiet et se dit même "ouvert à la critique" et "prêt à dialoguer avec la mairie de Paris" si elle souhaite le contacter. 


Ce jeudi, la Préfecture de police a indiqué que le véhicule avait été immobilisé dans la matinée puis saisie, à Paris. Les affiches en question ont également été saisies et le chauffeur auditionné sans toutefois être placé en garde à vue. Le parquet de Paris a ouvert une enquête pour "proxénétisme aggravé" et "circulation de véhicules publicitaires dans une zone urbaine où la publicité est interdite".

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter